L’historien Pierre Riché

La période du haut Moyen Age, pont entre une Antiquité tardive et le monde carolingien, aura été au cœur des recherches et de l’œuvre de l’enseignant. Il est mort le 6 mai à l’âge de 97 ans.

Pierre Riché naît le 4 octobre 1921 dans une famille modeste de Paris. Après des études à la Sorbonne où il sera nommé assistant en 1953, il enseigne à Tunis entre 1957 et 1960 avant de partir enseigner à Rennes. En 1962 sa thèse Éducation et culture dans l’Occident barbare lui permet d’obtenir son doctorat ès Lettre. En 1967 il est nommé à Nanterre et fonde en 1968 le Centre de recherche sur l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge.

Grand médiéviste et spécialiste de la période de l’an mille, ses travaux concernent essentiellement le haut Moyen Âge. Parmi ceux-ci, dont un grand nombre sont devenus des classiques, il convient de citer Les Carolingiens : une famille qui fit l’Europe (1997), Les Lumières de l’an mille (2013), Les combats de l’Église au Moyen Âge (2015) et L’enseignement au Moyen Âge (2016).

Grand disciple d’Henri-Irénée Marrou dont il écrit une biographie en 2003 (Henri-Irénée Marrou : un historien engagé), Pierre Riché continue les travaux de son maître sur l’histoire de l’éducation médiévale. Entre 1994 et 1995 il collabore avec Danièle-Alexandre Bidon, grande spécialiste de l’histoire de l’enfant, à l’exposition « L’Enfant au Moyen Âge » à la Galerie Mazarine de la Bibliothèque Nationale de France à Paris qui connaît alors un grand succès.

Afin de revenir sur l’œuvre de cet historien de renom la librairie vous propose une sélection de ses incontournables :

https://www.mollat.com/dossiers/mort-de-l-historien-pierre-riche