Walter Schellenberg : Le chef du contre-espionnage nazi parle 1933-1945

Date de parution : 25 avril 2019 : Ouvrant les portes du sinistre Sicherheitsdienst (SD), le service de renseignement de la SS, le Brigadeführer-SS Walter Schellenberg nous guide au travers des actions clandestines et des coups de main fomentés aux quatre coins du monde par les dirigeants du IIIe Reich de 1933 à 1945. Riche en révélations sur les grandes affaires d’espionnage et la guerre secrète, son ouvrage offre un éclairage unique sur les principaux hiérarques du nazisme, en particulier ses chefs Heydrich et Himmler, ainsi que sur le fonctionnement interne du régime, véritable nid de scorpions au sein duquel s’affrontent hommes et institutions.

Publiés en français pour la première fois en 1957 et jamais réédités depuis, ces mémoires sont ici complétés d’une introduction et d’un riche appareil critique – dus à un expert d’envergure – qui permettront de se repérer dans le dédale obscur du SD-Ausland.

Walter Friedrich Schellenberg est né à Sarrebruck en 1910. Après de brillantes études, il adhère au parti nazi et à la SS dès 1933. Il fait partie de ces jeunes et brillants diplômés – cette « génération de l’absolu » – recrutés par Himmler et Heydrich pour constituer l’ossature de l’appareil policier du IIIe Reich. Rapidement affecté au Sicherheitsdienst (SD), le service de renseignement de la SS, il participe à plusieurs actions opérationnelles à l’étranger avant de diriger le contre-espionnage. Redoutable manœuvrier, fort de ses succès spectaculaires, il connaît une ascension météoritique qui le conduit en 1941, à 31 ans à peine, à la tête du renseignement extérieur du Reichssicherheitshauptamt (RSHA). Il sera également le plus jeune général de la SS. Incarcéré par les Anglais en juillet 1945, il est finalement jugé à Nuremberg au procès dit « des Ministères » en 1949, après avoir livré les principaux secrets du SD. Condamné à (seulement) 6 ans de réclusion, il est libéré en 1951 pour raisons de santé. Très gravement malade, Schellenberg s’éteint à Turin en mars 1952.

Clément TIBÈRE (Présentation)

https://www.editis.com/maison/perrin/

 


Vous aimerez aussi...