La prison à Paris au XVIIIe siècle (Sophie Abdela)

Parution en avril 2019 – On sait peu de chose sur la prison d’Ancien Régime. Les historiens, fascinés par le pénitencier, l’ont largement négligée. Ce livre comble cette lacune en explorant le monde carcéral parisien du XVIIIe siècle, et particulièrement la geôle ordinaire.

La prison doit être abordée comme un objet urbain parfaitement intégré dans les dynamiques et les trajectoires quotidiennes de la capitale. Elle est considérée aussi comme un objet économique, à la fois service essentiel qu’il faut financer et occasion d’affaires pour ceux qui la fournissent en marchandises et denrées de toutes sortes.

Finalement, la prison est un objet social : les détenus comme le personnel y tissent des liens – de collaboration ou de concurrence, voire d’opposition – qui contribuent à façonner la prison et à la réformer.

Sophie Abdela, professeure d’histoire à l’Université de Sherbrooke – Photo : Fournie

Sophie Abdela est professeure à l’Université de Sherbrooke (Québec).

La professeure Sophie Abdela, spécialiste de l’histoire carcérale française, vient de remporter deux prix pour sa thèse de doctorat, dont le titre est « Formes et réformes : la prison parisienne au XVIIIe siècle », sous la direction de Vincent Milliot (Université de Caen Basse Normandie) et Pascal Bastien (Université du Québec à Montréal).

Elle a tout d’abord remporté le Prix de la meilleure thèse de la Société française d’histoire urbaine, doté d’une bourse de 2000 euros. Créée en 1998, la Société française d’histoire urbaine regroupe les chercheurs, quelle que soit leur appartenance disciplinaire, leur ancrage chronologique ou géographique, qui abordent le fait urbain dans son historicité. Elle publie depuis 2000 la revue Histoire Urbaine.

Sophie Abdela a aussi reçu le prix de la meilleure thèse de doctorat de la Faculté des sciences humaines de l’UQÀM. Elle a reçu ce prix ex-aequo avec Marie-Laurence Bordeleau-Payer (sociologie). usherbrooke

http://www.champ-vallon.com/


Vous aimerez aussi...