Génocides. Usages et mésusages d’un concept (Bernard Bruneteau)

Parution le 2 mai 2019 – Si l’intention de détruire un groupe humain spécifique dans sa totalité distingue le génocide d’un crime de masse, comment qualifier la famine organisée par Staline en Ukraine au début des années trente, ou plus près de nous, les meurtrières opérations de « nettoyage ethnique » au Kurdistan et durant la guerre en ex-Yougoslavie ? Comment définir un génocide ? Et comment éviter l’instrumentalisation de cette notion, qui s’inscrit souvent dans le registre émotionnel au détriment de la jurisprudence définie par le droit international ? À l’ère des revendications mémorielles de toutes sortes qui investissent le débat public, Bernard Bruneteau s’interroge sur l’usage inflationniste du terme de génocide. Retraçant l’histoire du concept depuis sa création par Raphael Lemkin en 1944, il plaide pour une définition rigoureuse des pratiques génocidaires et met en garde contre les captations politiques qui menacent aujourd’hui de brouiller leur compréhension.

Historien des idées, Bernard Bruneteau est professeur de science politique à l’université Rennes 1. Il est notamment l’auteur de Le Totalitarisme. Origines d’un concept, genèse d’un débat (Cerf, 2010), de Les « collabos » de l’Europe nouvelle (CNRS Éditions, coll. Biblis, 2016) et de Combattre l’Europe. De Lénine à Marine Le Pen (CNRS Éditions, 2018).

http://www.cnrseditions.fr/

Discipline : Science politique