La colonie pénitentiaire pour enfants de Mettray : « établissement de torture »

La colonie de Mettray, 1845, auteur inconnu – Domaine public

Fondée en 1839 pour rééduquer les jeunes par le travail de la terre, la colonie pénitentiaire de Mettray est devenue un terrible bagne pour enfants. Une virulente campagne de presse entraînera sa fermeture, un siècle après sa création.  

1839. Mettray, paisible village d’Indre-et-Loire, voit ouvrir sur ses terres une colonie pénitentiaire destinée à réhabiliter de jeunes délinquants.

Fondée sur des valeurs chrétiennes par le magistrat Demetz, conseiller à la Cour royale de Paris, et le vicomte Brétignière de Courteilles, l’établissement a pour mission de rééduquer les jeunes délinquants par le travail agricole, mission ainsi résumée par la formule de Demetz : « Améliorer la terre par l’homme, et l’homme par la terre. »

Hommes politiques, industriels, aristocrates… Séduits par sa noble mission, 439 membres fondateurs s’associent dans la Société paternelle, en charge de l’administration de la colonie.

La presse du Second Empire, dans sa grande majorité, applaudit.

Le Journal des débats salue ainsi le système éducatif de la colonie présenté comme un modèle du genre…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Marina Bellot le 7 mai 2019 sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.