Harkis au Camp de Rivesaltes : La relégation des familles (septembre 1962-décembre 1964)

Parution du livre le 20 juin 2019 – Le camp de Rivesaltes, dans les Pyrénées-Orientales, a été un camp d’internement et de relégation utilisé à partir de la fin des années 1930 jusqu’aux années 1960. Dans le cadre de la collection  » Récits et témoignages  » du Mémorial du Camp de Rivesaltes, Fatima Besnaci-Lancou, historienne et essayiste, a rassemblé dix-sept témoignages relatant les conditions dans lesquelles des familles de harkis ont été internées dans le camp à partir de l’été 1962. L’auteure, elle-même alors enfant, y fut internée. A travers les parcours de ces hommes et de ces femmes, c’est tout un pan de l’histoire entre l’Algérie et la France qui s’incarne au fil des récits. En co-édition avec le Mémorial du Camp de Rivesaltes, collection  » Récits et témoignages « , sous la direction scientifique de Denis Peschanski, historien

Fatima Besnaci-Lancou , née en 1954 à Novi (nom actuel : Sidi-Ghiles), près de Cherchell, en Algérie, est un écrivain français, connue pour son travail de mémoire sur la population harki en France.

Fatima Besnaci-Lancou est l’aînée de 8 frères et sœurs ; son père était harki durant la guerre d’Algérie. Arrivée en France à l’âge de 8 ans, le 21 novembre 1962, elle a vécu quinze ans dans les camps de harkis, d’abord à Rivesaltes, puis à Bourg-Lastic, et enfin à Mouans-Sartoux, dans un hameau de forestage.

Elle est éditrice. En 2000, elle a cofondé, en particulier avec Olivier Postel-Vinay, la société Arborescience.

Fatima Besnaci-Lancou est mariée et mère de 2 enfants.

Son passage au militantisme date du 16 juin 2000, lorsque le président algérien Abdelaziz Bouteflika, en visite officielle en France, déclare : « les conditions ne sont pas encore venues pour des visites de harkis (…) C’est exactement comme si on demandait à un Français de la Résistance de serrer la main d’un collabo » . A partir de cette date, Fatima Besnaci-Lancou s’est mise à écrire, d’abord pour ses enfants qui devaient avoir accès à l’histoire de leur mère. Elle publie alors son témoignage dans un premier ouvrage : Fille de harki.

Le 4 mars de la même année, à l’occasion de la sortie du livre « Fille de harki », l’historien et ancien dirigeant du FLN Mohammed Harbi publie un point de vue dans le quotidien le Monde, « Dire enfin que la guerre est finie », afin d’expliquer que le drame algérien devait être vu dans sa complexité et non de manière manichéenne.

En 2004, elle fonde avec Hadjila Kemoum l’association Harkis et droits de l’Homme, dont l’objectif est de travailler sur la mémoire de la situation des harkis dans l’histoire. En 2004 également, elle travaille au rapprochement des enfants de harkis et d’immigrés.

En 2005, elle reçoit le prix Seligmann contre le racisme et l’antisémitisme, (fondé par Françoise Seligmann) pour son livre « Fille de harki ». 

En février 2006, elle organise un colloque à l’Assemblée nationale : « Les harkis dans la colonisation et ses suites ».

En septembre 2006, elle regroupe des témoignages de femmes de harkis de la première génération, celles qui sont arrivées en France en 1962 avec leurs maris, dans le livre Nos mères, paroles blessées ; une autre histoire de harkis. En novembre suivant, elle publie des témoignages d’anciens harkis dans l’ouvrage Treize chibanis harkis…

Editeur : Loubatières éditions – sal navidals; Édition : 1

 


Vous aimerez aussi...