L’affaire Saint-Cosme – Retour sur un assassinat

Publication 2019 – Si les origines cévenoles de Jean, avaient motivé la première étude, celles de Colette, en majeure partie dans la Vistrenque, ont été le moteur de la seconde. Cette double curiosité, historique et généalogique, est la suite logique d’un travail de mémoire sur leurs ancêtres directs, acteurs dans ces deux drames, et qui figurent donc parmi les tous premiers camisards recensés.

Après l’assassinat de l’abbé du Chaila et les meurtres qui ont suivi les 24, 25 et 26 juillet 1702, premier volet de la guerre des Camisards (Sur les traces de Vivens en juillet 1702, Éditions de La Fenestrelle), Colette Laurent-Deleuze et Jean Deleuze se sont penchés sur celui, survenu trois semaines après, de Gaspard de Calvière baron de Saint-Cosme, le 13 août entre Vauvert et Boissières, deuxième événement du début de cette guerre qui a gagné ainsi la plaine.

Ce deuxième volet parcourt les données historiques déjà connues, mais surtout replace ce drame dans un contexte local, en associant sources historiques et généalogiques référencées, ce qui va permettre d’envisager cet événement, sous un jour nouveau.

Les auteurs ont ainsi mieux compris la trame de cet épisode de la guerre des Camisards, mal connu. Abdias Maurel dit Catinat, certes célèbre chef camisard, à ce jour restait un mystère quant à ses origines généalogiques. En reconstituant sa famille, les auteurs ont pu préciser son rôle dans cet assassinat. Des relations proches ont en effet été établies entre Catinat et la majeure partie des assassins. Par ces recherches, véritable enquête policière, ils ont aussi pu mettre en évidence que ce second assassinat n’était pas un fait isolé, mais que ses instigateurs, identifiés, avaient été auparavant impliqués dans une autre affaire, et mis en relation avec Gédéon Laporte, acteur majeur dans l’assassinat de l’abbé du Chaila, trois mois avant ces événements.

http://www.editions-fenestrelle.com/