Édition d’archives : pour une relecture de l’affaire Joseph Vacher l’éventreur – Entretien avec Marc Renneville

Vacher l'éventreur. Archives d'un tueur en sérieJoseph Vacher est le premier tueur en série français médiatisé. Affirmant être un grand martyr, bras armé d’un dieu vengeur, Vacher tue au hasard de ses rencontres pour punir la France. Assassin de jeunes innocents, égorgeur, violeur, éventreur, récidiviste : Vacher incarne à la fois l’ogre des contes ancestraux et la figure du monstre criminel contemporain. Lorsque survient enfin l’arrestation en 1897 de celui qui fut nommé le Jack l’éventreur du Sud-Est, sa renommée surpasse celle de son prédécesseur londonien. En prison, le tueur en série parle et s’explique. Affirmant être un grand martyr, bras armé d’un dieu vengeur, Vacher tuait au hasard de ses rencontres pour punir la France.

Plusieurs ouvrages ont été consacrés à ce tueur hors du commun depuis le film de Bertrand Tavernier, Le juge et l’assassin, sorti en 1976. Au regard de cette production, ce livre est une vraie nouveauté et fait rupture, s’appuyant sur un grand nombre d’archives jamais sollicitées. Il plonge le lecteur dans le temps de l’affaire, de l’enquête au jugement et éclaire les enjeux d’un cas criminel qui nous parle encore au présent.
Marc Renneville

Marc Renneville, directeur du Clamor et de Criminocorpus

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS et membre du centre Alexandre Koyré depuis 1998 (UMR 8560).

Après des études d’histoire (université Paris VII) et de sciences sociales (université Paris V), il est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis (1998-2001). Il est ensuite directeur du département recherche (2001-2003) et chargé de mission Histoire (2003-2008) à l’École nationale d’administration pénitentiaire. Il contribue notamment à la création du Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines au sein de la médiathèque Gabriel Tarde (2004) avant d’être chargé d’études à la Direction de l’administration pénitentiaire (2008-2012) où il coordonne une recherche collective sur les savoirs de l’exécution des peines (projet ANR Sciencepeine 2009 -2014).

Marc Renneville a été l’un des fondateurs aux côtés de Pierre Tournier de la revue Champ pénal (2004). Il est membre du comité scientifique de la Revue d’Histoire de l’Enfance irrégulière, de Crime, Histoire & Sociétéset de Beccaria. Revue d’histoire du droit de punir

Pour en savoir plus sur https://criminocorpus.hypotheses.org/8899

Propos recueillis par Philippe Poisson , le 2 novembre 2019, pour le carnet criminocorpus

Quel est le thème de ce livre ?

Les crimes de Joseph VacherIl s’agit de l’histoire assez extraordinaire et pourtant bien réelle de Joseph Vacher (1869-1898), un vagabond meurtrier qui a sévi à la fin du XIXe siècle en France. Désigné sous le nom de « Jack l’éventreur du Sud-est », requalifié aujourd’hui comme “tueur en série”, ce « monstre » surpasse son célèbre prédécesseur londonien par le nombre et le choix de ses victimes, pour l’essentiel des jeunes bergères et bergers. Égorgeur, éventreur, violeur, le « tueur de bergers » a semé la terreur dans la population rurale. Arrêté en 1897 lors d’une nouvelle agression, il avoue onze assassinats en contrepartie de la publicité faite à sa parole dans la presse. Les journaux relaient l’enquête en temps réel et les colporteurs chantent ses crimes sur la voie publique. Joseph Vacher, le tueur de berger, est ainsi le premier tueur en série français médiatisé. Après une instruction judiciaire qui dure plus d’un an, son procès s’ouvre enfin le 26 octobre 1898 à la cour d’assises du département de l’Ain. Vacher est condamné à mort et exécuté le 31 octobre 1898 à Bourg-en-Bresse.

 

Qu’est-ce qui fait que ce fait divers est une affaire ou une cause célèbre ?

Il s’agit d’un « cas » au sens criminologique car la détermination de l’état mental de Vacher a été très discutée. Cet homme était-il un “sadique sanguinaire” responsable de ses actes ou bien était-il un malade mental irresponsable de ses actes, qu’il fallait tenter de soigner par une séquestration dans un asile sécurisé ? La question dépassa la bataille d’expert et enflamma la presse de l’époque. On s’est beaucoup interrogé sur les motifs du passage à l’acte de ce tueur de bergers et de bergères, qui massacrait littéralement le corps de ses victimes et ce questionnement a perduré jusqu’à nos jours. De Vacher pourtant, on sait beaucoup de choses, tant par les informations recueillies lors de l’instruction que par ses écrits. Joseph Vacher n’a pas subi passivement l’information judiciaire. Après son arrestation, il s’est longtemps défendu seul, estimant n’avoir pas besoin d’un avocat. Sa position était simple : il était bien l’auteur de onze assassinats mais il s’estimait « innocent » et donc, non punissable. Vacher invoqua la morsure d’un chien enragé, les mauvais traitement subis dans un asile mais aussi l’appel d’un dieu vengeur. Ayant manifesté un intérêt égal pour la foi et la doctrine anarchiste, Vacher a pris la figure improbable de “l’anarchiste de Dieu”. D’ailleurs, le lecteur trouvera dans la partie documentaire du livre une transcription de tous les écrits connus de Joseph Vacher.

Mais si le « Jack l’éventreur français » est un cas criminologique, son histoire relève aussi d’une « affaire » au sens judiciaire du terme. Les crimes de Vacher ont en effet suscité des enquêtes et des recherches qui sont longtemps restées infructueuses avant d’aboutir à une arrestation dans des circonstances très particulières. La dernière information judiciaire (1897-98) menée à Belley par le juge Fourquet a elle-même fait l’objet d’une mémoire transmise jusqu’à nos jours qui fait écran à sa restitution historique. Le juge d’instruction est aujourd’hui volontiers érigé en modèle d’enquêteur, pionnier du profilage criminel. Le juge Fourquet s’est présenté et on l’a reconnu comme un fin limier convaincu d’emblée de la culpabilité et de la lucidité de Vacher. Pourtant, rien de tout ceci ne tient lorsqu’on prend la peine de remettre les sources judiciaires de l’affaire dans l’ordre chronologique. Ma relecture de l’enquête n’est toutefois pas une charge contre le magistrat. Bien au contraire, je pense que c’est une manière de lui rendre hommage que de rétablir Émile Fourquet dans sa dimension de juge d’instruction travaillant au jour le jour, pris dans les rets d’une affaire extraordinaire qui le dépasse et pour laquelle il n’a pas obtenu le soutien qu’il sollicitait.

 

Qu’est-ce qui distingue ce livre d’archives du roman que tu as publié début 2019, et qui est désormais retiré de la vente ?

Livre d’histoire ou roman historique ne relèvent pas du même genre littéraire. Ils se distinguent tant par la méthode de travail que par la forme du récit. L’historien est tenu par le cadre de ses sources : il ne peut inventer ni personnages ni situations. Il ne peut pas même s’autoriser à imaginer des dialogues, même s’ils sont plausibles. Comme le notait Alexandre Dumas, le romancier créer des personnages en chair et en os qui tuent ceux de l’historien qui ne peut qu’évoquer des fantômes… Le récit produit d’une recherche historique est fondé sur des sources documentaires, c’est pourquoi il mobilise un appareil critique de référence. Cet appareil critique (références, bibliographie, annexes…) peut sembler alourdir la lecture mais il est indispensable car il permet de vérifier les sources du récit tout en facilitant la reprise d’études futures. Le pacte de lecture est très différent et les lecteurs de ce blog doivent bien connaitre la distinction entre les livres d’histoire et les fictions historiques que tu présentes régulièrement.

En fait, le projet originel était le seul livre d’histoire. Il s’agissait de republier chez l’éditeur Jérôme Millon le livre que le médecin légiste Alexandre Lacassagne avait consacré au tueur de bergers (Vacher l’éventreur et les crimes sadiques, paru en 1899 chez Stock). Chemin faisant, le projet de réédition est devenu une recherche sur l’affaire, et notamment sur l’information judiciaire menée par le juge Fourquet. La réédition du livre de Lacassagne s’est trouvée complétée par des documents inédits que j’ai peu à peu retranscris parce qu’ils contredisaient la représentation que j’avais d’une affaire mettant aux prises un juge habile maitrisant un assassin qui simulait la folie. Le tout abondait un ensemble cohérent de sources commentées, mais l’ensemble grossissait en posant des questions d’organisation et d’édition. A un moment, j’ai calé sur le procès : quelle place pouvais-je lui faire au sein de ce livre d’archives ? A la cour d’assises, tout peut basculer. Si l’interrogatoire et la déposition des témoins s’appuient pour une large part sur les éléments fournis par l’information judiciaire, c’est dans la théâtralité de la confrontation orale des parties, de l’audition des experts, de la visualisation des pièces à conviction que se forge l’intime conviction des membres du jury (Voir à ce sujet Frédéric Chauvaud, La chair des prétoires. Histoire sensible de la cour d’assises. 1881-1931, Rennes, PUR, 2010). Or les sources d’un procès n’ont pas pour l’historien la fiabilité des procès-verbaux produits par l’information judiciaire, sauf à disposer d’un sténogramme ou d’un verbatim des débats, ce qui est très rare, et n’était pas le cas pour le procès de Vacher. La lecture des audiences dans la presse m’avait laissé sur ma faim, aussi avais-je ressenti le besoin de tenter une reconstitution des débats, pour dépasser cet écueil du procès et terminer enfin le livre d’archives. Ce roman a vécu quelques mois en 2019 puis nous avons décidé d’un commun accord avec la maison d’édition de mettre fin à sa diffusion.

 

Bande-annonce de Vacher l’éventreur. Archives d’un tueur en série.

 

Avec plus de 800 pages dont 160 illustrations, ton livre est un peu un “pavé”, une “somme”. Que contient exactement ce Vacher l’éventreur. Archives d’un tueur en série ?

Une présentation pour comprendre, un dossier documentaire pour s’informer. La présentation replace l’affaire dans son temps et explicite ses enjeux d’interprétation, qui sont nombreux. J’y restitue la vie de Vacher, sa jeunesse, son passage chez les frères Maristes puis au service militaire, sa première tentative de meurtre qui a pu passer pour un crime passionnel, ses séjours dans les asiles, son errance criminelle, son arrestation. C’est ensuite l’action du juge Fourquet dans sa relation avec sa hiérarchie, ses collègues et la presse. Je rappelle ici les positions de l’inculpé Vacher, présenté à tort comme ayant cherché à se faire passer pour un fou ; je présente enfin la genèse précipitée du livre de Lacassagne et sa réception controversée. La partie documentaire occupe un volume beaucoup plus important. Elle débute par une « enquête par l’archive ». Il s’agit d’une chronologie documentaire aussi précise que possible de l’affaire Vacher, de l’enfance du futur tueur à la vente de ses effets conservés au palais de justice de Belley. Cette chronologie est composée de dates et de retranscription de documents souvent inédits et, pour certains, ignorés dans les précédentes études consacrées à l’éventreur. On trouve ici quasiment tous les écrits de Vacher et tous ses interrogatoires. Cette chronologie est suivie du mémoire de défense rédigé par Vacher à la prison de Belley, en juillet 1898 ; puis du livre d’Alexandre Lacassagne Vacher l’éventreur et les crimes sadiques, ouvrage sur lequel j’ai effectué un certain nombre d’améliorations (illustrations reprises des originaux), de corrections (rectification des patronymes erronés et des noms de lieux) et d’ajouts (par comparaison avec les pièces originales). Le livre de Lacassagne est suivi de la transcription des paroles d’un ensemble de 18 complaintes criminelles composées entre 1895 et 1899. Cette partie documentaire se poursuit par un entretien avec Bertrand Tavernier, réalisateur du magnifique film Le Juge et l’assassin, et elle se termine par « La complainte de Bouvier », composée par Jean-Roger Caussimon et mise en musique par Philippe Sarde.
Alors oui, tu as raison, ce livre est une « somme » de 774 pages auxquelles il faut ajouter un cahier iconographique de 96 pages de photos et illustrations souvent méconnues ainsi qu’un index des noms cités pour lequel j’ai parfois dû faire des recherches généalogiques. J’ai parlé d’hommage au juge d’instruction, mais j’ai été soucieux aussi de la mémoire des victimes et de leurs familles car il ne faut pas oublier que Vacher n’a été jugé et condamné que pour l’unique assassinat de Victor Portalier. Si l’on s’en tient aux assassinats avoués, cela veut dire que dix familles n’ont pas obtenu réparation. Il est donc très probable que dans les imaginaires et peut-être aussi pour certaines personnes, l’histoire ne se soit pas terminée avec l’exécution de Vacher. Les points de vues peuvent ainsi être très divers et c’est pourquoi j’ai tenu à offrir au lecteur un vrai dossier d’archives qui lui permette d’entrer dans l’affaire par plusieurs entrées : ma présentation, les pièces judiciaires, la correspondance du juge, les écrits de l’assassin, l’émotion populaire suscitée par l’affaire, la mémoire du cas et sa représentation cinématographique… L’ouvrage a été composé de telle manière qu’il n’impose pas une lecture continue. Mon intention était de donner au lecteur les moyens de réfléchir au cas à partir d’informations fiables et pour partie indépendantes de la relecture que je propose. Ce gros livre d’archives est donc aussi un pari car c’est la première fois que l’on édite une telle documentation sur le cas d’un “tueur en série”.

Enfin, je tiens à souligner que ce livre est le résultat d’une aventure collective . Cette affaire criminelle hors norme m’a fait voyager bien plus loin que prévu et elle m’a permis de rencontrer beaucoup de personnes, travaillant dans des domaines très divers, et toutes furent heureusement bien plus fréquentables que mon sujet de recherche. Cette aventure n’aurait pu avoir lieu si Jean-Jacques Courtine, directeur de la collection « Mémoires du corps » n’avait eu l’idée d’ouvrir cette nouvelle série « Archives ». Je également saluer les éditeurs Marie-Claude Carrara et Jérôme Millon, qui ont encouragé et soutenu jusqu’au bout la transformation du projet initial en ce qu’il est devenu.

 

Présentation sur le site de l’éditeur avec la table des matières

Pour les présentations publiques (bibliothèques, librairies, salons du livre…), voir page Facebook de l’auteur

 

 

 


Vous aimerez aussi...