Landru : La nouvelle enquête

A la Une ce soir, le dossier Landru à l’occasion de la publication d’une contre enquête, menée par un  policier en retraite, ancien du 36 quai des Orfèvres. Michel Malherbe a voulu remettre toute l’affaire à plat. D’abord en dressant le portrait le plus exact possible d’Henri Désiré Landru, le Don Juan aux 283 conquêtes, le petit escroc devenu tueur en série, le «  nouveau Barbe Bleue », comme l’appelaient les journaux de l’époque. Qu’est-ce qui est de l’ordre de la légende ? Qu’est-ce qui est de l’ordre de la vérité ?

Qui était vraiment l’homme qui habitait au 76 rue de Rochechouart à Paris, sous la fausse identité de Lucien Gillet, ingénieur ?  C’est là que le 12 avril 1919 au matin, les inspecteurs Belin et Braunberger, de la sûreté parisienne, arrêteront l’assassin qui demeure l’un des pires tueurs en série du XXème siècle !

Accusé de 11 assassinats, Landru sera condamné à la peine capitale par la cour d’assises de Versailles, le 30 novembre 1921. Mais force est de constater qu’il n’a jamais avoué ses crimes et que les plus de 5.000 pièces de son dossier judiciaire ne révèlent que des indices graves et concordant mais pas vraiment de preuves matérielles incontestables. Même si on peut se poser beaucoup de questions sur ses achats de scie, et de charbon en quantité !À lire

Le mobile enfin ! Pourquoi est-il passé du statut d’escroc à celui d’assassin ? Prenait-il plaisir à tuer ?  Landru n’a jamais voulu répondre à cette question, même le jour de son exécution. Michel Malherbe au terme de son enquête  a peut-être trouvé les bonnes réponses.

Michel Malherbe, Michel, ancien policier du 36, quai des Orfèvres auteur du livre « Landru » qui vient de paraître chez Marivole Editions.

Pour en savoir plus sur le site de l’émission RTL de Rtl.

Michel au Quai des Orfèvres / Photographie offerte par un reporter de France-Culture, lors d’une interview

“A cette époque également et par le plus grand des hasards, votre serviteur sera recruté par le cabinet du préfet de police de Paris, en qualité de rédacteur en chef de la revue « Liaisons », organe d’information de la Préfecture de Police. Il est vrai que ma formation initiale de journaliste plaidait en ma faveur. Encore que ! En fait de journalisme, je n’avais jusqu’alors connu, peu avant d’intégrer la police, que la rubrique des « chiens écrasés » dans les pages d’un modeste journal de banlieue…”

Encore un temps fort ce soir avec le dix huitième  Portrait du jour – Criminocorpus, notre ami Michel Malherbe, alias Mike de Chavornay, “ancien poulet de grain et écrivaillon, en simple transit sur la planète Terre !”

18 – Portrait du jour : Michel Malherbe, alias Mike de Chavornay, “ancien poulet de grain et écrivaillon” : 

https://criminocorpus.hypotheses.org/46958


Vous aimerez aussi...