RUBRIQUE ŒIL EN EVEIL – Une Confession ou un témoin qui tombe à pic

“Après avoir servi dans la Royal Force, puis exercé le métier de policier à Yorkshire, John Wainwright a fini par se lancer dans l’écriture de romans policiers. Mort en 1995, il en a publié plus de 80, plus ou moins aboutis, dont certains ont été traduits en France aux éditions « Le Masque » et « La Série Noire. Une pépite, son roman intitulé « A table », a été adapté au cinéma par Claude Miller : on se souvient de « Garde à vue », avec le célèbre face à face de Lino Ventura et Michel Serrault.

Son roman «Une confession » a paru en Grande Bretagne en 1984 sous le titre « Cul de sac » et, jusqu’à maintenant, n’a jamais été traduit en France, et ce, malgré un coup de cœur de Georges Simenon lui-même. En effet, Simenon, tombé sur ce livre à sa sortie, le qualifia de « roman inoubliable ». Sans doute parce qu’il fait penser à la plume et à l’univers de Simenon. John Duxbury, une cinquantaine, un prospère imprimeur près de Leeds en Angleterre, est déçu, malgré sa réussite, et par son existence, et par son mariage avec une épouse acariâtre et méprisante. C’est un homme secret. Il ne confie ses soucis qu’à son journal intime, qu’il destine à son fils Harry. Devinant les problèmes de ses parents, Harry leur suggère de prendre quelques jours de vacances. C’est pendant leur séjour au bord de la mer, pendant une balade sur le chemin de la falaise, que l’épouse de John fait une chute mortelle. Dans son journal John parle d’un triste accident, mais quelques jours après, un homme se présente au commissariat et affirme avoir vu John pousser sa femme dans le vide. Apparaît alors l’inspecteur Harker qui ouvre l’enquête et s’ingénue, avec subtilité et minutie, à démasquer le coupable, jusqu’à l’ultime confrontation qui fait penser au célèbre face à face de « Garde à vue ». Alors coupable ou innocent ? Si l’on suit la pensée de Simenon, nous sommes tous, à la fois, coupables et innocents. Un polar machiavélique et fascinant.” K.B


Vous aimerez aussi...