Assassins, la secte médiévale qui a inventé le terrorisme

D’après Marco Polo, le chef des Assassins faisait boire un breuvage aux jeunes gens qu’il instruisait au maniement des armes, obtenant ainsi un pouvoir absolu sur leur volonté. Miniature du Livre des Merveilles (édition du xve siècle). Bibliothèque nationale, Paris.
PHOTOGRAPHIE DE AKG/ALBUM

Au 12e siècle, depuis son imprenable forteresse, le Vieux de la montagne fait régner la terreur sur le monde musulman et parmi les croisés. Au service de ce dissident chiite, une redoutable communauté de guerriers fanatisés.

« Ce vieillard, qui se nommait Alaodin, entretenait hors de ce lieu certains jeunes hommes courageux jusqu’à la témérité, et qui étaient les exécuteurs de ses détestables résolutions. Il les faisait élever dans la loi meurtrière de Mahomet, laquelle promet à ses sectateurs des voluptés sensuelles après la mort. Et afin de les rendre plus attachés et plus propres à affronter la mort, il faisait donner à quelques-uns un certain breuvage, qui les rendait comme enragés et les assoupissait. » Ainsi Marco Polo, qui avait voyagé en Orient, décrivait-il la stratégie machiavélique de Hasan-i Sabbah, chef d’un groupe politico-religieux resté dans l’histoire sous le nom d’« Assassins ». Après leur avoir fait entrevoir, sous les effets d’une drogue, les délices du paradis destinés aux martyrs de l’islam, il envoyait ses guerriers fanatisés commettre des attentats, dont ils avaient peu de chance de sortir vivants…

Pour lire l’intégralité de cet article sur le site de National geographic


Vous aimerez aussi...