Les workhouses anglaises, « maisons de travail » pour les pauvres

Le réfectoire des femmes à la workhouse de St Pancras, à Londres, vers 1911 – source : WikiCommons

À la fois ateliers de travail et hospices, les workhouses sont lancées dès le XVIe siècle au Royaume-Uni. Modèle à reproduire ou institutions lugubres ? Au XIXe, la presse française observe ces « maisons de travail » avec un regard curieux – et critique.

1597 en Angleterre. La « loi pour soulager les pauvres » (Act for the relief of the poor), est promulguée par la reine Elisabeth. Voleurs, vagabonds, mendiants ou indigents en capacité de travailler sont mis à contribution dans des maisons de travail tandis que les paroisses versent une aide, en argent ou en nature, aux plus démunis continuant d’occuper leur foyer.

Près de deux siècles plus tard, en 1815, la pauvreté explose au Royaume-Uni. En cause : un ralentissement de l’économie, les mauvaises récoltes liées à l’été désastreux de 1816 et la mécanisation de l’agriculture qui écarte les ouvriers agricoles du travail saisonnier. Ce sont ces mêmes causes qui sont à l’origine du célèbre soulèvement anglais de 1830, les Swing riots…

Pour en savoir plus lire l’article du 28/05/2019 par Marina Bellot – modifié le 03/06/2019 sur le site de Retronews.


Vous aimerez aussi...