Crime, misère, prostitution : quand la presse plongeait dans les « bas-fonds » de Londres

« Wentworth Street, à Whitechapel », estampe de Gustave Doré, 1872 – source : Gallica-BnF

À la fin du XIXe siècle, l’est de Londres effraye et fascine. Dans la presse française, l’excursion horrifiée dans les bas quartiers de la capitale, à Whitechapel, Stepney ou Limehouse, devient presque un genre en soi.

Au XIXe siècle, Londres devient la ville la plus peuplée du monde : d’un million d’habitants en 1800, elle passe à plus de 6 millions à la fin du siècle. Capitale florissante du gigantesque Empire britannique, Londres est aussi le lieu où s’agglutinent, dans la misère la plus absolue, des centaines de milliers d’immigrants, de vagabonds, de marins, d’ouvriers, de familles sans le sou qui se regroupent dans l’est de la ville, au sein des quartiers les plus démunis.

Whitechapel, Bethnal Green, Stepney, Limehouse… Dans ces secteurs de la ville auxquels écrivains et journalistes vont accoler l’expression de « bas-fonds », la pauvreté, mais aussi la prostitution et le crime prospèrent. Au point qu’un puissant imaginaire, né d’un mélange de dégoût moral et de fascination pour ces lieux, va se développer chez ceux qui observent de l’extérieur ce véritable miroir inversé de la bonne société victorienne…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Pierre Ancery – modifié le 04/06/2019 sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...