Michel Fourniret : la période blanche

Self-confessed French serial killer Michel Fourniret leaves Police Headquarters in Dinant 08 July 2004. Fourniret has admitted to killing nine people, mostly young women and girls, in France and Belgium, between between 1987 and 2001.

A la Une ce soir, la fameuse période blanche de Michel Fourniret et de Monique Olivier qui auraient cessé pendant dix ans, de 1990 à 2000 leurs agressions et leurs meurtres.

Condamnés en 2008 par la cour d’assises de Charleville-Mézière pour 7 meurtres et assassinats, ils ont été à nouveau condamné en 2018 pour l’assassinat de Farida Hamiche, la compagne du  braqueur Jean-Pierre Hellegouarch pour lui voler le trésor du gang des postiches. Entre temps Michel Fourniret a également avoué les meurtres de Joanna Parish et de Marie-Angèle Domèce, ce qui porte déjà le chiffre officiel des victimes à 10 !

Le 24 mai dernier, on apprenait que la justice faisait un lien entre Fourniret et la disparition en 1993 d’une jeune femme, Lydie Loge dont une trace ADN aurait été retrouvée dans la camionnette qu’il utilisait pour ses enlèvements. Ce lien n’est pas encore prouvé à 100% pour des raisons sur lesquelles nous reviendrons tout à l’heure avec mes invités.

Mais, un nouveau rebondissement va peut-être se produire aussi dans l’affaire Estelle Mouzin, cette écolière disparue mystérieusement à Guermantes le 9 janvier 2003. On pensait que l’ogre des Ardennes avait un alibi qui le mettait hors de cause dans cette affaire, mais au mois de février dernier, Monique Olivier a demandé  à rencontrer le juge d’instruction du dossier Fourniret pour lui parler de la disparition d’Estelle Mouzin, et Michel Fourniret lui-même a évoqué la disparition d’Estelle au cours du mois de Mars… Il aurait expliqué que Joanna Parish, Marie-Angèle Domèce et Estelle Mouzin avaient eu selon ses propres mots « la malchance de croiser son chemin ». Et il aurait ajouté une de ces phrases à double-sens qu’il affectionne paraît-il : « Il y a quelque chose à creuser dans cette affaire » …

 Invité(e)s : Philippe Dufresne, journaliste au journal « l’Union-L’Ardennais » qui a suivi le parcours de Fourniret pour son journal, Anne Sophie Martin, journaliste, réalisatrice. Elle a réalisé le documentaire « Le jardin macabre de Fourniret » pour la collection “La Traque”, diffusé dans le magazine “13h15 le dimanche” en novembre 2018, Dr Jean-Luc Ployé, docteur en psychologie qui a expertisé le couple Monique Olivier- Michel Fourniret. Il pense que la période blanche n’existe pas.

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de Rtl


Vous aimerez aussi...