DEDANS DEHORS n°103 – avril 2019 – Violences des surveillants : brisons le silence

L’OIP est très régulièrement alerté par des personnes détenues de violences qu’elles auraient subies de la part de personnels pénitentiaires. Pourtant, rares sont celles qui parviennent à obtenir justice. Principale cause de l’impunité : l’omerta. Analyse d’une mécanique pernicieuse.

SOMMAIRE

Edito

Lettres ouvertes

  • La violence à l’état brut : ce qui nous parvient

Reportage

  • Quand l’accusé est aussi victime

Ils témoignent

  • « Pour certains, les coups deviennent une habitude »
  • « Il s’est acharné sur ma tête »
  • « L’un a frappé, les autres tenaient »

Parole d’avocat

  • « La personne la plus en colère, c’était moi »

Entretiens

  • Un surveillant : « Le principal facteur de violence, c’est le manque de recul »
  • Aux origines de la violence, avec la sociologue Antoinette Chauvenet
  • Un directeur : « On signale, et advienne que pourra »
  • Un magistrat : « On ne met en cause cette institution que la main tremblante »

Zoom

  • L’affaire Saint-Quentin-Fallavier : des violences systémiques

Enquête

  • Violences, dommages et intérêts : juteuses provocations

Devant le juge

  • Le deux poids, deux mesures de la justice
  • Le déni de (la) justice

Nota bene : Le fait que cette note de lecture soit répertoriée sur notre site n’engage d’aucune façon la responsabilité de celui-ci. Ph. POISSON

 
 

Vous aimerez aussi...