183 – Portrait du jour : Catherine Boissel, la romancière éternelle amoureuse des marais du Cotentin

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 183ème  Portrait du jour – Criminocorpus, nous recevons avec un vif plaisir Catherine Boissel qui publie La chanson de Julien dans la collection Terres de France dirigée par Clarisse Enaudeau aux Presses de la Cité

Catherine Boissel a grandi à Isigny-sur-Mer, dans le Calvados, au seuil des marais du Cotentin où vit sa famille depuis de nombreuses générations. Elle conserve un souvenir émerveillé de son enfance insouciante et libre au cœur de ce paysage sauvage et grandiose. Ingénieur d’études, elle travaille à l’Université Caen-Normandie (ESPE).

Ecrire des œuvres de fiction est resté pour elle un rêve pendant de nombreuses années. D’abord spécialisée en littérature jeunesse, elle a rédigé des articles dans des revues professionnelles destinées aux enseignants, ainsi qu’un essai consacré aux contes traditionnels.

Alors qu’elle n’y comptait plus, au milieu des années 2000 un château fort en ruine au cœur des marais de Carentan lui souffle sa première nouvelle de fiction. Celle-ci est d’abord publiée dans un magazine, puis en recueil avec six autres textes. Suivent alors trois romans réunissant ses trois grandes passions : les marais du Cotentin, les chevaux et le Moyen Age. Dans Les Les portes du bonheur, si on retrouve les marais et les chevaux, elle aborde une époque plus proche de nous qui, pour des raisons familiales, lui tient beaucoup à cœur : la Première Guerre mondiale.

Bienvenue Catherine sur le très prisé carnet de l’histoire de la justice, des crimes et desPh.P.

Pouvez-vous décrire les étapes de votre parcours d’auteur : ce qui a déclenché votre première publication ?

Mon parcours d’auteur est à la fois très ancien et très récent. Depuis l’enfance j’ai toujours rêvé d’écrire. Petite fille, j’inventais et illustrais des intrigues policières avec ma poupée mannequin comme héroïne. Et puis les aléas de la vie en a décidé autrement. Entrée dans l’urgence sur concours et par nécessité dans l’Education nationale puis à la Culture et enfin l’enseignement supérieur comme chargée d’études documentaires puis ingénieur d’études, je me suis longtemps consacrée à la littérature de jeunesse avec des critiques d’albums et de romans dans une revue professionnelle, ainsi que la publication d’un ouvrage sur les contes animaliers, des origines à nos jours, de la littérature orale à la littérature de jeunesse. Ecrire de la fiction demeurait toutefois un rêve inaccessible. Contes pour enfants refusés par plusieurs éditeurs, polar roumain mille fois réécrit la Roumanie n’intéresse personne) : rien n’aboutissait et j’avais définitivement abandonné mon rêve.Jusqu’au milieu des années 2000 où, au cœur des marais de Carentan, j’ai rencontré le château de la Rivière . Je dis bien “rencontré”. Il est magique, ce château. Enchanteur et enchanté. Au printemps, au dirait presque le château de la Belle au bois dormant, avec ses ruines défendues par des haies de prunelliers et d’aubépines en fleurs. C’est aussi le refuge de dizaines de cigognes. Mais à l’époque, il était abandonné et on pouvait encore pénétrer à l’intérieur de l’enceinte en se glissant par une brèche du rempart. ce que j’ai fait. Et tout d’une coup les premiers mots d’une histoire me sont venus à l’esprit. Une fois rentrée à la maison, j’ai écrit d’une seule traite une nouvelle médiévale, mon premier texte à être publié dans une revue. La pompe était amorcée : j’ai ensuite écrit d’autres nouvelles et des polars médiévaux. Puis est arrivé le temps des Presses de la Cité , avec Les portes du bonheur et depuis le 6 juin, La chanson de Julien. Grâce au château de la Rivière, mon rêve s’est réalisé, alors que je n’y croyais plus. 

Avez-vous des thématiques de prédilection ?
 
Oui. La nature : la faune, la flore, les ciels et les nuages. Les marais du Cotentin, le pays dont toute ma famille est originaire depuis des générations. Les chevaux. L’histoire, la grande et la petite, plus particulièrement le Moyen Âge, la Grande Guerre et les années 1920-1930, mais tout ce qui est historique m’intéresse. Les personnages avec deux visages, aussi.
 
Avez-vous d’autres projets en écriture ?
 
Oui. Tout d’abord, le troisième et dernier tome de l’histoire de Pauline et Henri. C’est ma,priorité. Après j’ai d’autres projets, mais je travaille à l’Université de Caen et le temps me manque pour l’écriture. La gestation d’un livre est très longue chez moi, c’est presque un enfantement … sans la douleur LOL. Je multiplie les réécritures, les repentirs. je ne suis jamais contente. il y a aussi les recherches, historiques et autres, qui prennent beaucoup de temps. Alors, mes autres projets…. on verra plus tard ! Peut être un roman contemporain, ou bien une autre période historique. Je ne peux rien dire à l’avance, il faudra que le moment venu, j’ai envie. Et si j’ai le temps, peut-être la unième réécriture de ce polar roumain qui me tient tant à coeur mais dont personne ne veut. ou bien une énigme médiévale.

Que souhaitez-vous partager avec vos lecteurs ?
 
D’abord la discrète beauté de la campagne, la poésie mélancolique et changeante des marais de Carentan. La magie éphémère d’un crépuscule ou d’une aurore. Et aussi le charme des personnages complexes, tourmentés. Je suis une incorrigible romantique.
 
____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.