21. La prison au cinéma : « Pour elle »- film de Fred Cavayé (2008)

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « La prison au cinéma ».

« La magie du cinéma est que vous pouvez devenir prisonniers à Alcatraz, Shawshank ou Cold Mountain sans quitter votre canapé. Pour imaginer comment se passe la vie en prison, dans des situations et conditions parfois extrêmes, les films sont les meilleurs supports, qu’il s’agisse de Rock ou Évadé d’Alcatraz, Les Évades ou La Ligne verte (d’après Stephen King tous deux). Dans les cellules, la cour, ses murs et ses barbelés, ou le long du couloir qui mène à la peine de mort, drame et thriller trouvent leur place et émeuvent. Quand le film de prison ne se mélange pas avec le fantastique, l’action ou la comédie… Lorsque se ferment les portes du pénitencier, la prison au cinéma dévoile ses séquences violentes (telles celles d’Une prière avant l’aube, d’après la vie de Billy Moore), les destinées qu’elle enferme (comme celles d’Edward Norton, dans American History X ou La 25ème heure), ou encore ses pièges de science-fiction (Fortress, avec Christophe Lambert). Qui peuvent amener à transformer les productions en films d’évasion (côté séries, on pense tout de suite à Prison Break, aussi)… Avec parfois, des tueurs en série qui rôdent dans l’ombre » aussi :

 
 
– Alors qu’ils vivent une vie heureuse avec leur fils Oscar, Lisa et Julien voient leur quotidien basculer le jour où Lisa est arrêtée pour meurtre et condamnée à 20 ans de prison. Pour prouver son innocence, Julien a besoin de sa femme. Il décide alors de la faire s’évader. Pour son premier film, Fred Cavayé nous entraîne dans un thriller haletant avec Pour elle, dans lequel Vincent Lindon est prêt à tout pour sauver la femme qui l’aime, même à commettre l’irréparable.
 
Date de sortie 3 décembre 2008 (1h 36min)
 

Accusée à tort de meurtre, Lisa (Diane Kruger) est jetée en prison pendant que son mari, Julien (Vincent Lindon), tente de la faire innocenter. En vain. Julien échafaude un plan pour la faire évader et se transforme en criminel. Le scénario est invraisemblable, le réalisateur glisse sur les détails et préfère se concentrer sur le climat sentimental.

Par Isabelle Regnier  Publié le 02 décembre 2008 à 16h05 – Mis à jour le 02 décembre 2008 à 16h05

https://www.lemonde.fr/cinema/article/2008/12/02/pour-elle-erreur-judiciaire-et-cinematographique_1125780_3476.html