« Christian Didier, l’homme qui a tué René Bousquet »

Photo prise le 06 novembre 1995 devant la Cour d’assises de Paris, de Christian Didier, l’assassin de l’ancien chef de la Police René Bousquet, à l’ouverture de son procès © AFP / PATRICK KOVARIK

Une fiction écrite par Renaud Meyer et réalisée par Pascal Deux. Voici l’histoire d’un assassin-justicier qui voulait entrer dans l’histoire : Christian Didier. Invité Henri Raczymow, romancier et essayiste, auteur de l’enquête « L’homme qui tua René Bousquet » chez Stock.

« Crime civique » ? Acte d’un héros ou d’un insensé ?

En assassinant Bousquet le chef de la police sous Vichy, responsable entre autres de la rafle du Vel d’Hiv en juillet 1942 au cours de laquelle des milliers de juifs furent arrêtés et déportés, Christian Didier devint cet assassin-justicier qui voulait entrer dans l’histoire.

Juste après son crime le 8 juin 1993, Christian Didier donne une conférence de presse improvisée dans une modeste chambre d’hôtel. 

Sorj Chalandon, journaliste présent pendant ses aveux étranges témoigne dans le journal Libération : «  Il parle, fébrile, le visage épuisé de tics, la pensée en désordre… il dit avoir écrasé le dragon… ». Mais la police en arrivant interrompt la confession. Il est arrêté, sans aucune difficulté ! 

Il avouera lui-même avoir voulu aussi tuer Klaus Barbie, ancien chef de la Gestapo à Lyon quelques années plus tôt pendant son procès aux Assises du Rhône en juillet 1987.

A la fin de sa vie, Didier expliquait : « J’avais pensé que ce serait bien de flinguer quelqu’un pour une cause juste… que ce geste me libérerait » !

Alors qui était Christian Didier ? Un illuminé ? Un mystique exalté ? Un homme à la personnalité trouble ?

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site France inter


Vous aimerez aussi...