Histoire magazine N°5 : Guerres de Vendée

Dans ce numéro presqu’entièrement dédié aux guerres de Vendée, nous avons réuni les meilleurs spécialistes, comme nous en avons coutume, pour raconter et expliquer les événements dramatiques qui émaillèrent la période 1793-1801 et menèrent à la disparition de 170 000 Vendéens du fait des combats, des massacres, de la maladie et de la faim, soit près d’un tiers de la population de la « Vendée militaire », auxquels s’ajoutent 20 000 morts du côté des troupes républicaines.

De ces affrontements débutés en mars 1793 ont émergé des héros, les héros de la Vendée, qui sortis d’une existence dans laquelle rien a priori ne les prédestinait à connaître la gloire, se sont révélés être des meneurs d’hommes, multipliant au fil des combats les actes de bravoure. Cathelineau, Stofflet, Lescure, Bonchamps, d’Elbée, La Rochejaquelein, Charrette, et quelques autres ont marqué les esprits. La plupart périrent jeunes. Car cette armée-là ne fut pas victorieuse. Les Vendéens sont anéantis à Savenay face aux troupes de Westerman les 23 et 24 décembre 1793, après la bataille et les massacres du Mans dix jours plus tôt.

L’armée des Blancs n’est plus et pourtant une terrible répression va finir d’anéantir ce qui reste de la Vendée. Car la folie meurtrière s’est emparée des esprits et il s’agit maintenant pour la Convention et les robespierristes de transformer en désert le périmètre initial de la Vendée militaire. « Détruisez la Vendée » lance Barère. Turreau est aux ordres et à la manœuvre avec ses colonnes infernales, Carrier entreprend ses noyades à grande échelle. Tous les moyens sont bons pour anéantir « la race rebelle » hommes, femmes, enfants, vieillards, tout y passe sans distinction. L’exécution de Robespierre met fin à la Terreur à la fin juillet 1794.

Il est permis de penser, aujourd’hui, à distance des événements, et à la lumière des nombreuses études réalisées depuis, que l’on peut, sans déclencher une polémique, admettre l’intention génocidaire de la République. A ce titre, l’étude de Jacques Villemain, juriste spécialiste dans les questions relatives aux juridictions pénales internationales ne laisse plus de place à la moindre ambiguïté. S.D.

HISTOIRE MAGAZINE est un magazine d’actualité historique, trimestriel distribué en kiosque en France et en Belgique, au tirage de 30 000 exemplaires et qui a été créé en juillet 2018 par Sylvie Dutot  et est édité actuellement par le groupe Lafontpresse. Destiné à un public large d’amateurs et de passionnés d’histoire, il a pour ambition de faire découvrir l’Histoire dans une forme originale, adaptée aux nouveaux usages de lecture, et notamment en privilégiant la forme d’interviews, avec le souci permanent de la qualité. HISTOIRE MAGAZINE donne ainsi la parole aux historiens et chercheurs. Chaque numéro traite d’un sujet différent et fait appel aux meilleurs spécialistes de chaque discipline et période de l’histoire. Une grande part du magazine est consacrée à l’actualité des publications en histoire, mais plus largement à tout ce qui touche à l’histoire. (docu fictions, innovations technologiques au service de l’histoire, films musées, expositions, ouvrages jeunesse, gastronomie, reconstitutions historiques, archéologie, recherches).


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Delpech dit :

    Sylvie Dutot parle quand-même de génocide sur les réseaux sociaux à propos de ce magazine sur la Vendée, citant Philippe de Villiers comme spécialiste du fait. Le terme est lourd de sens. Sommes-nous dans de l’histoire ?

    • Sylvie Dutot dit :

      Avant de me faire un procès en sorcellerie, cher ami Facebook JM Delpech, je tiens à préciser que vous transformez totalement mes propos, à savoir ma réponse à un internaute qui citait M. de Villiers. Je lui ai répondu qu’il faisait parti des personnes qui effectivement s’étaient emparées du sujet, mais pas du tout comme spécialiste. Je ne crois même pas l’avoir cité une seule fois dans le magazine ni l’un des interviewés, même si le spectacle du Puy du Fou est une de ses réalisations au succès reconnu dans le monde entier.
      J’ai réuni des historiens et juristes spécialistes de cette période de l’histoire des guerres de Vendée, et de la Révolution, comme P. Gueniffey, Jacques Villemain, Reynald Secher ou Michel Chamard qui a dirigé le centre vendéen de recherche historique durant plusieurs années, et enseigne encore aujourd’hui cette histoire à l’université. Le terme génocide est pris dans son acception juridique et il ne doit pas en être autrement, cela n’aurait pas de sens. Oui, au vu des éléments des documents d’archives, le terme de génocide peut être employé pour une période précise des guerres de Vendée. Jacques Villemain l’explique très bien, lui qui a été longtemps conseiller auprès de l’ambassade de France à La Haye pour les questions touchant aux génocides auprès du Tribunal pénal international et de la CPI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.