Tragédie indienne par Paul Degouy, La justice, 4 janvier 1891.

Combat entre les indiens Sioux et les troupes américaines. Gravure tirée de “Le petit Parisien” de 1891. Collection privée. • Crédits : ©Bianchetti/leemage – AFP

“Si tout acte de barbarie nous inspire une horreur profonde, que pouvons-nous dire d’une atrocité commise par la race blanche, sous prétexte de civilisation ?” Paul Degouy, journaliste. France Culture

Dans l’article du jour, Paul Degouy s’insurge contre les actes de barbarie des troupes américaines.
 

” Si favorable que puisse être aux agents du gouvernement l’enquête parlementaire qui sera certainement réclamée, ses résultats ne sauraient effacer la pénible impression causée, dans le monde entier, par le massacre de Porcupine Creek. Si tout acte de barbarie nous inspire une horreur profonde, que pouvons-nous dire d’une atrocité commise par la race blanche, sous prétexte de civilisation ? Pour nous qui nous élevons, partout où nous la rencontrons, contre cette cruelle formule: «la lutte pour la vie » avec laquelle on s’efforce d’excuser tant de crimes sociaux ; pour nous qui croyons toutes les races humaines susceptibles de perfectionnement et d’éducation ; pour nous qui ne cessons de plaider en faveur  des humbles et des faibles; pour nous qui n’avons jamais su entendre, sans tressaillir, le cri de la douleur humaine, quand cette douleur est le fait d’une injustice, nous ne pouvions pas ne pas protester contre cette épouvantable tragédie. Nous éprouvons trop de sympathie envers la grande République américaine pour ne pas déplorer profondément la tache faite à son drapeau étoilé.” La justice, 4 janvier 1891…

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de l’émission France culture

C’ÉTAIT À LA UNE par Emmanuel Laurentin


Vous aimerez aussi...