Il y a 80 ans, la dernière exécution publique en France

Le 17 juin 1939, la foule se presse devant la prison Saint-Pierre, à Versailles. La guillotine est dressée pour Eugène Weidmann, qui sera le dernier condamné à mort exécuté en public en France. • Crédits : STF – AFP

Entretien |Avant d’être abolie en 1981, la peine de mort a été progressivement mise au ban. Quittant le jour et la ville pour la nuit et la périphérie, la guillotine a peu à peu perdu sa dimension d’exemplarité, jusqu’à sa relégation définitive en prison en 1939. Entretien avec l’historien Emmanuel Taïeb.

L’histoire de la peine de mort en France ne se résume pas au 9 octobre 1981 : date de son abolition. Le 24 juin 1939, le gouvernement d’Edouard Daladier publie un décret qui supprime la publicité des exécutions capitales, qui auront désormais lieu derrière les murs des prisons et loin des regards. Cette décision, prise une semaine après la “kermesse” qui avait accompagné la mise à mort d’Eugène Weidmann à Versailles, marque l’étape finale d’un processus commencé bien avant. La publicité des exécutions, principe hérité de l’Ancien régime, avait toujours embarrassé la IIIe République qui n’a eu de cesse de soustraire ce “spectacle” aux yeux du grand public depuis 1870. Entretien avec l’historien Emmanuel Taïeb, auteur de La guillotine au secret, Les exécutions publiques en France, 1870-1939 (Belin, 2011)

17/06/2019 Par Maxime Tellier

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de France culture


Vous aimerez aussi...