RUBRIQUE ŒIL EN EVEIL – Brèves de lecture : trois auteurs de polar touchés dans l’intime

William R. Burnett, en 1945. COPYRIGHT COLLECTION JAMES A. BURNETT

« Underworld » : rassemblés sous ce titre, cinq romans de William R. Burnett, maître américain, dès 1929, du roman des gangsters, viennent d’être publiés chez Gallimard dans la collection « Quarto ». Il s’agit de The Asphalt Jungle (1949), Little Men, Big World (1951) et Vanity Row (1952 ), « Underdog » (1957) et « The Cool Man (1968). Il s’agit d’une version intégrale, dont la traduction a été révisée par Marie-Caroline Aubert, la patronne du domaine étranger de la « Série Noire ». Cette nouvelle édition, dirigée par Benoit Tadié, universitaire spécialiste du polar américain, présente également des extraits du Journal inédit de R. Brunett, le témoignage de son fils, une bibliographie et une filmographie, le tout enrichi de photos des affiches et des couvertures de livres.

William R. Burnett, qui de 1929 à 1982, a publié 35 romans, a été aussi un scénariste réputé d’ Hollywood, avec une soixantaine de scénarios à son actif. Si aux Etats -Unies l’on ne semble retenir que le côté hollywoodien de son œuvre, c’est un tort, comme le souligne Benoit Tadié. Et le contenu de cette nouvelle édition en est la preuve.

« Mémoires intimes» : les Mémoires de Georges Simenon, parus initialement en 1981, seront réédités aux Presses de la Cité au mois d’aout prochain. Dans cet ouvrage, écrit à la mémoire de sa la fille, Marie-Jo, qui s’est donnée la mort en 1978 à l’âge de 25 ans, Simenon livre toute sa vie, qu’il raconte à Marie-Jo et à ses trois fils, Marc, Johnny et Pierre. Il y dévoile, sans pudeur ni complaisance, et avec une précision d’un ethnologue, la famille Simenon, sa relation passionnelle et tumultueuse avec sa deuxième épouse, le déséquilibre mental de sa fille, son quotidien, son entourage, ses nombreuses conquêtes amoureuses, mais aussi les rencontres avec ses amis, Picasso, Cocteau, Pagnol, Chaplin, Fellini…Simenon clôt ses Mémoires avec le « Livre de Marie-Jo » , qui reproduit des lettres, des poèmes et des cassettes qu’elle lui a adressés. Une ultime expérience d’écriture.

« Agatha Christie, Les Mystères d’une vie » : ce nouvel essai biographique de la romancière écrit par Marie–Hélène Beylac, et publié en avril dernier aux éditions Perrin, dévoile certains aspects de l’auteur fort inattendus. On le sait, sa vie a toujours été entourée de mystères. Son œuvre a éclipsé sa vie, au demeurant fort passionnante. Un pari avec sa sœur, à l’origine de son premier roman policier, l’a amenée à un succès et notoriété que l’on ne rappelle plus, avec plus de deux milliards de livres vendus ans le monde. On connait aussi l’échec de son premier mariage avec un séduisant aviateur, qui a provoqué une mystérieuse disparition de la romancière, mettant en émoi toute l’Angleterre et son remariage avec un archéologue, de quatorze ans son cadet. S’en suivront de nombreux « best- sellers », faisant d’elle une femme non seulement célèbre mais aussi richissime, détenant et gérant à travers des montages financiers, une vraie fortune. C’est sur ce point que le livre de Marie –Hélène Beylac nous révèle un trait peu connu de sa personnalité, son âpreté au gain. D’après sa correspondance avec ses agents littéraires, on apprend qu’Agatha Christie détestait férocement le fisc et ses inspecteurs qui prélevaient une grande partie de son immense fortune. A qui profite le crime ? Krystina Kowalska

 

 

*****


Vous aimerez aussi...