185 – Portrait du jour : Pascale Dietrich, sociologue à l’Ined et auteur de nouvelles et de courts romans flirtant avec le polar

Pascale Dietrich

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 185ème  Portrait du jour – Criminocorpus, nous recevons Pascale Dietrich qui vient de publier Les mafieuses chez Liana Levi  le 7 février 2019

Pascale Dietrich est née à Tours en 1980. Sociologue à l’Ined à Paris, ses travaux portent sur les populations précaires et les inégalités. Côté écriture, elle est l’auteur de nouvelles et de courts romans flirtant avec le polar, dont Le Homard  (In8, 2013) et Une île bien tranquille (Liana Levi, 2016).

[Prix des Chroniqueurs] Toulouse Polars du Sud

Le second roman en sélection nous parle de femmes, mais pas n’importe quelles femmes. Les Mafieuses de Pascale Dietrich est paru chez Liana Levi en février dernier.

Il y a toujours moyen de s’arranger avec la réalité chez les gangsters. A condition de respecter le code d’honneur, on peut même mener une vie formidable ! C’est en tout cas ce que Leone Acampora, vieux mafioso grenoblois, a enseigné à sa famille. Michèle et ses deux filles ont donc appris à fermer les yeux lorsqu’elles trébuchaient sur un cadavre ou une valise de cocaïne dans leur joli salon en marbre. Et si, aujourd’hui, Dina a parfois mauvaise conscience, elle espère se racheter en travaillant dans l’humanitaire. Quant à Alessia, pharmacienne inspirée, elle a pas mal d’idées pour moderniser le business paternel. Ainsi va la vie chez les femmes Acampora, entre coups de fusil à pompe et séances de tai-chi. Jusqu’à ce que le vieux Leone perde les pédales. Car avant de mourir, il a laissé une dernière instruction : lancer un tueur à gages aux trousses de sa femme… L’occasion pour les mafieuses de déboulonner un vieux monde machiste et ringard.

Pour en découvrir un peu plus, la chronique de Lau Lo : 

http://www.evadez-moi.com/archives/2019/03/04/37150096.html

Bienvenue Pascale sur notre site. Ph.P.

Pouvez-vous décrire les étapes de votre parcours d’auteur : ce qui a déclenché votre première publication ?

Enfant, j’aimais beaucoup le dessin et je racontais des histoires pour les illustrer. Quand j’ai reçu mon premier ordinateur, ça a été le déclic. Il devenait possible de retravailler mes textes. J’ai commencé par publier des nouvelles dans des revues ou des recueils collectifs. Ensuite, avec mon premier roman ( Le Homard, aux éditions In8), j’ai trouvé la veine qui me convient : la comédie noire. Mes histoires ne sont pas des polars classiques dans le sens où il n’y a pas vraiment d’enquêtes policières. En revanche, il y a toujours un mystère que les personnages tentent de percer, et de l’humour.

Avez-vous des thématiques de prédilection ?

Mes romans s’ancrent dans la vie ordinaire des gens. Même les criminels m’intéressent presque davantage pour leur quotidien que pour leurs actes délictueux. Dans Les mafieuses, je me suis penchée sur les femmes des mafieux avec l’envie de montrer leur rôle invisible et la manière dont elles s’arrangent avec la réalité du métier de leurs maris. J’aborde souvent la thématique familiale ou la question des rapports de couple. Je m’intéresse aussi aux dilemmes moraux et à la façon dont on tente de les résoudre. Par ailleurs, mes personnages ont pour point commun d’être en quête de quelque chose. Ils remettent leur vie en question, cherchent de nouveaux repères, et le lecteur suit leurs tâtonnements.

Avez-vous d’autres projets en écriture ?

J’ai toujours un texte sur le feu ou un projet en tête. Je me sens totalement désœuvrée quand ce n’est pas le cas. En ce moment, je démarre un nouveau roman. Les débuts sont toujours difficiles car je ne fais jamais de plan à l’avance. Au départ, on se sent incompétent et la tâche paraît insurmontable. Puis, grâce à un travail de fourmi, le texte prend forme, et plus il grandit et sonne juste, plus on a confiance en soi. À la fin, on est tout étonné d’avoir réussi à écrire cela. C’est ce que je trouve magique dans l’écriture.

Que souhaitez-vous partager avec vos lecteurs ?

J’aime faire plonger les gens dans un univers. Pour moi, un texte est réussi quand le lecteur se sent complètement impliqué dans la logique du narrateur. Il doit comprendre sa façon de penser et ses raisons d’agir, même si elles sont absurdes ou amorales. J’aime aussi créer des situations ou des associations d’idées surprenantes. Le lecteur doit être dépaysé, c’est-à-dire se trouver embarqué dans une logique qui le sort de l’ordinaire.

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Vous aimerez aussi...