L’événement de la rentrée : La science à la poursuite du crime – Alphonse Bertillon, pionnier des experts policiers (exposition aux Archives nationales)

Les Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine) présentent une exposition consacrée à Alphonse Bertillon, du 14 septembre 2019 au 18 janvier 2020. Divers événements seront également organisés autour de cette exposition notamment durant les Journées européennes du patrimoine et La Fête de la science.
Découvrez le programme de ces différentes manifestations.

Commissaire scientifique de l’exposition : Pierre Piazza.

Présentation de l’exposition : Alphonse Bertillon (1853-1914) tient une place essentielle dans l’histoire des savoirs sur le crime. Établir avec certitude « qui est qui », photographier et cartographier méthodiquement les scènes de crime, collecter et analyser les moindres traces laissées par les malfaiteurs là où ils commettent leurs forfaits… Sherlock Holmes ainsi que les nombreux enquêteurs des séries policières et autres polars lui doivent beaucoup.
Rien ne semble échapper à ce fin limier qui, entre la fin du XIXe et le début du XXe Œsiècle, révolutionne les méthodes d’identification et influence les pratiques policières à travers le monde entier. Véritable pionnier de la police scientifique, il innove dans un nombre considérable de domaines : de la photographie judiciaire à la dactyloscopie, de l’administration des fichiers à l’expertise des traces d’outils utilisés dans les cambriolages, du repérage dans l’espace public de personnes recherchées par les forces de l’ordre à la graphologie.

Photographie de l’installation d’un appareil photographique et d’une chaise de pose pour la production de clichés face/profil standardisés, tirée d’un album photographique destiné à l’Exposition universelle de Chicago (1893).
© Collection du Service régional de l’Identité judiciaire de la préfecture de police de Paris

Pièces de l’affaire Dreyfus conservées aux Archives nationales, photographies de scènes de crime et rapports d’expertise rédigés par A. Bertillon provenant des Archives de la préfecture de police de Paris, matériel utilisé pour relever les traces digitales et appareil photographique appartenant au service régional de l’identité judiciaire de la préfecture de police de Paris, cartes postales, lithographies, presse illustrée et caricatures issus d’une collection personnelle, meubles et instruments de mensuration conservés par l’École nationale de d’administration pénitentiaire, etc., l’exposition La science à la poursuite du crime présente plus de 200 objets et documents originaux de la fin du XIXe et du début du XXe siècle qui permettent de comprendre l’importance du « bertillonnage » et ses riches enjeux policiers, scientifiques mais aussi politiques.

Alphonse Bertillon (1853-1914)
Issu d’une famille de scientifiques, Alphonse Bertillon intègre la préfecture de police de Paris comme simple employé en 1879. Chargé de copier et de ranger les fiches d’identification des prévenus, il constate la grande approximation des pratiques alors développées en la matière. Dès lors, Bertillon entreprend d’élaborer un système inédit de classement s’appuyant d’abord sur une dizaine de mensurations osseuses réalisées sur le corps humain. Puis, au tournant du XXe siècle, ce « Sherlock Holmes » français élargit l’étude de l’identification à une grande variété de traces matérielles relevées sur les lieux des crimes et des délits. Le Bertillonnage s’impose alors comme un nouvel instrument employé pour contrôler et surveiller des catégories toujours plus nombreuses d’individus stigmatisées par les autorités comme dangereuses ou potentiellement menaçantes. Ce processus favorise l’émergence de vifs débats durant lesquels sont dénoncés les graves erreurs du chef du service parisien de l’Identité judiciaire, les limites de son système ainsi que les abus auxquels il peut conduire.

Pierre Piazza, Commissaire scientifique de l’exposition
Pierre Piazza est maître de conférences en Science politique à l’Université de Cergy-Pontoise (CESDIP / LEJEP / CLAMOR). Ses travaux de nature socio-historique portent sur les dispositifs étatiques d’identification des individus et leurs enjeux. Il est l’auteur de nombreuses publications portant sur l’anthropométrie judiciaire, la dactyloscopie, les dispositifs de « mise en carte », les fichiers de police ou encore la biométrie.

Autour de l’exposition :

. Le livre

La science à la poursuite du crime, d’Alphonse Bertillon aux experts d’aujourd’hui,
de Pierre Piazza et Richard Marlet

Éditions de La Martinière
35 euros, 336 pages
Disponible en librairie le 5 septembre 2019

. Inauguration de l’exposition : Vendredi 13 septembre 2019 à 14h
Reconstitution d’une scène de crime par Norbert Fleuryet Joël Machecler (service régional de l’identité judiciaire de la préfecture de Police).
L’inauguration de l’exposition et la reconstitution de la scène de crime sont ouvertes à tous sous réserve d’inscription à l’adresse : communication.archives-nationales@culture.gouv.fr

. Les Journées européennes du patrimoine : Samedi 21 septembre et dimanche 22 septembre 2019

Les Archives nationales accueilleront exceptionnellement l’exposition Les experts s’exposent : dans les coulisses de la police technique et scientifique conçue et produite par la Fondation Louis Lépine – Préfecture de police de Paris.
En savoir plus

. La Fête de la science – Cycle de conférences s’inscrivant dans le cadre de la « Fête de la science »
En savoir plus

. Accompagnement pédagogique

Visite-atelier : Bertillon et l’affaire Dreyfus
Au tournant du xxe siècle, Alphonse Bertillon révolutionne les méthodes d’identification et de surveillance des individus. Son rôle dans l’affaire Dreyfus suscite néanmoins de vifs débats. Les élèves découvrent le contexte politique, social et culturel de l’affaire Dreyfus à partir des documents présentés dans l’exposition et au cours de l’atelier. Ils travaillent ensuite, en binômes, à la rédaction de la une du journal L’Aurore.
Pour une meilleure circulation dans l’exposition, les classes sont systématiquement dédoublées.
Durée : 2h. Tarifs : 100 euros pour la classe et tarif réduit (REP, REP+ et établissements de Plaine Commune) : 50 euros

. Visites libres
Entrée libre sous la conduite d’un professeur sur réservation

. Regards contemporains
En complément de l’exposition, Pierre Piazza a sélectionné plusieurs œuvres d’artistes contemporains qui complètent le propos scientifique de l’exposition en posant un regard distancié et symbolique sur certains enjeux relatifs à la notion d’identité individuelle et à différents processus d’identification, de contrôle et de surveillance des personnes.
– De l’empreinte digitale à l’empreinte génétique – Sandrine Farget
– L’ennemi – Julie Cazenave, Claire Derault, Léa Guillemot et Valentine Simonini
– Dissemblance – Anna Brousse, Pierre Brykczynjki , Tom Noordanus-Calmels & Julie Reitzer
– 10 minutes smiling – Blanche Blatter & Juliette Fitamant
– Portrait-robot – Camille Ferrera
– Bienvenue à Erewhon – Pierre Cassou-Noguès, Stéphane Degoutin et Gwenola Wagon

>> Informations pratiques
Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine
59, rue Guynemer 93383 Pierrefitte-sur-Seine
Métro : Saint-Denis Université (Ligne 13)
Exposition ouverte du lundi au samedi, de 9h00 à 16h45
Entrée libre et gratuite
Fermée du 23 décembre 2019 au 5 janvier 2020

Renseignements et réservations : 01 75 47 20 06 ou service-educatif.an@culture.gouv.fr
Archives nationales, 59, rue Guynemer 93383 Pierrefitte-sur-Seine
Métro : Saint-Denis-Université


L’exposition a reçu le label 80 ans du CNRS.


Vous aimerez aussi...