Des fers à l’évasion. Les rebelles dans les prisons royales à l’époque moderne

Cartouche en prisonRéfléchir à la gamme des rebelles emprisonnés, c’est réfléchir d’une part à ce qu’une société dénonce comme rébellion, et d’autre part aux objectifs poursuivis par l’emprisonnement. Or, à l’époque moderne, le rôle des prisons n’est pas le même qu’aujourd’hui. La prison est alors principalement préventive, non punitive, comme en témoigne la définition adoptée par Ferrière, dans son dictionnaire de pratique judiciaire : elle est, écrit-il, « moins considérée comme une peine que comme un lieu de sûreté » où tenir les accusés le temps du procès, dans l’attente d’un jugement. Cependant tous les prévenus ne sont pas en prison et beaucoup tiennent prison ouverte : à la fin du Moyen Âge elle est utilisée surtout pour les crimes graves, ainsi que pour les vagabonds et les pauvres hères sans aveu ni caution. On y trouve alors aussi beaucoup de prisonniers pour dette. De manière générale, la prison n’est pas une peine, n’est pas infamante (en théorie au moins) et reste donc transitoire. La peine de galère est préférée à l’enfermement, jusqu’au milieu du XVIIIe siècle avant d’être progressivement remplacée par le bagne. Il existe cependant bien des lieux de détention punitive à visée éventuellement corrective : les hôpitaux avec le « Grand renfermement » du XVIIe siècle puis les maisons de force et les dépôts de mendicité qui se développent au XVIIIe siècle. Dans ce dernier groupe, la plupart des détenus relèvent de l’extraordinaire et sont emprisonnés sur lettre de cachet, non dans le cadre d’un procès ordinaire. Le statut du prisonnier est donc extrêmement variable…

Lire la suite de cet article de Marie Houllemare sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...