Lutte fratricide au monastère : 1 mort ! – “L’assassin habite dans le 47 ”

“L’Assassin habite dans le 47” alias Jean-Michel Armand

De l’Agenais au Villeunevois, en passant par la prestigieuse École nationale d’administration pénitentiaire, tout le monde connait l’intérêt sensuel que porte Jean-Michel Armand pour l’Histoire des Monastères et des carmélites.

Adolescent déjà, à Avignon, il fréquentait pieusement le très prisé salon de la mère supérieure Angèle, marquise des anges, tandis que ses camarades, d’horribles chenapans anormalement précoces cherchaient à butiner “les filles du calvaire”…

Il nous revient aujourd’hui avec deux affaires criminelles.

Retrouvons Jean-Michel dans cette narration du  pour le plus grand plaisir des ami(e)s de Crimino, nobles dames et gentilshommes, damoiselles et damoiseaux…

Par Jean-Michel ARMAND, ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire située à Agen.

Âmes sensibles et ennemis de la franche rigolade s’abstenir d’écouter le document sonore … Ph.P.

Lutte fratricide au monastère : 1 mort !

En 1673, le monastère de Bon Encontre (un jeune berger a fait en 1550 « la bonne rencontre » en découvrant une statue de la Vierge Marie à cet endroit) est sous l’autorité du frère Anselme nommé par le Chapitre du Tiers Ordre de Saint-François d’Assise qui gère le domaine. Mais depuis quelque mois, cette « chefferie » est contestée par le père Yves de Quimperlé nommé, lui, par le pape Clément X. Venu prendre sa charge, ce dernier est fraîchement accueilli par son rival à ce point que le repas d’« accueil » tourne au pugilat avant qu’on ait servi les desserts. Fort courroucé, le père de Quimperlé réunit une petite troupe est met le siège au monastère…l’algarade se termine mal puisque le père Fulgence y perd la vie. Quand on retourne son corps, il a deux pistolets à la ceinture. Avait-il oublié le sixième commandement : « tu ne tueras point » ?

Un mineur criminel…

Le dimanche 9 janvier, on retrouve au hameau du Cornier le vieil Antoine Mauron – 75 ans- la poitrine percée d’un coup de couteau, le crâne fracassé et pour être sûr qu’il n’en réchappe pas, on a fini par l’étouffer avec le coussin de son fauteuil. Les gendarmes arrêtent tout d’abord un métayer à la réputation déplorable dans le village et déjà plusieurs fois condamné…le coupable idéal ! Mais cet Arnaud Jeanson ne s’en laisse pas compter et hurle son innocence au point de desceller une brique de sa cellule pour se fracasser la tête avec. Il finit par balancer le nom du véritable coupable, le jeune Jean Ducros, tout juste 18 ans devenu assassin pour 200 francs.

Si on s’inquiète légitimement de la délinquance des jeunes, qu’on se rassure toutefois, nous étions en …1882 !

L’intégralité de ces deux histoires criminelles à écouter sur Radio Bulle 93.6, les jeudis à 19 heures et les samedis à 12 heures ou en podcast sur www.radiobulle.net dans l’onglet « L’assassin habite le 47 »

Texte intégral et document sonore sur radiobulleagen


Vous aimerez aussi...