Rose Valland, la résistante qui a espionné le pillage des œuvres d’art par les nazis

Rose Valland au “point central de collecte” de Wiesbaden, le 24 avril 1946• Crédits : Thomas Carr Howe papers, Archives of American Art, Smithsonian Institution – AFP

La spoliation des collectionneurs d’art, juifs pour beaucoup, par l’Allemagne hitlérienne, n’est pas un dossier clos : des musées français continuent d’exposer des tableaux hérités de la Shoah. Durant toute la guerre, une Française entrée dans la Résistance a consigné méticuleusement ces pillages.

Des œuvres d’art pillées par les nazis exposées sans vergogne par les musées français ? Le cas est plus fréquent qu’on ne l’imagine parfois : quelque 2000 tableaux tombés dans les mains du Troisième Reich font encore partie des collections de musées français, faute d’avoir été restitués aux familles des collectionneurs spoliés sous l’Occupation. 

Toutes ces œuvres ne sont pas identifiées, encore moins exposées. Mais certaines sont traçables, et l’absence de restitution raconte une puissante inertie depuis les années 50. Ainsi, le Louvre a conservé dans ses réserves durant près de 70 ans un tableau (signé du peintre du XVIe siècle Moroni) qu’il aurait suffi de retourner pour s’apercevoir que le nom et l’adresse du propriétaire figuraient au dos.

Ce 25 juin, ce sont deux musées à Troyes et à Marseille, ainsi que l’Etat, que le descendant de René Gimpel, un collectionneur d’art spolié avant d’être déporté, a décidé d’attaquer en justice : trois tableaux d’André Derain sont toujours régulièrement exposés faute d’avoir été restitués à la famille depuis bien longtemps. Ces tableaux, comme celui du Louvre, ont en commun d’avoir été labellisés “MNR”, c’est-à-dire : “Musées Nationaux Récupération”

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de France culture

Par Chloé Leprince le 26 juin 2019


Vous aimerez aussi...