Gardien de prison à Condé-sur-Sarthe : “Mon quotidien”

Inauguré en 2013, le centre pénitentiaire, malgré sa modernité, a rapidement connu de graves incidents. Le profil des détenus explique en partie la situation. Le turn-over des personnels atteint 30 % par an
Sylvain Lefèvre /ABACA

Après une attaque terroriste en mars, suivi d’un mouvement de grève des surveillants, puis une prise en otage de deux gardiens par un détenu ce mois-ci, cet établissement ultrasécurisé fait régulièrement la une. Peu formés, en nombre insuffisant face à des prisonniers qui n’ont plus rien à perdre, les gardiens travaillent la peur au ventre, désespèrent et parfois s’effondrent. Tensions, insultes, violence extrême… Notre reporter a recueilli les confidences de l’un d’entre eux. 

Lire l’article complet d’Emilie Blachère publié le 30/06/2019 sur le site de Paris match

___________________________________________________________________________________________________________________

1926 surveillants de prison tenue été kaki pénitentiaire képi vareuse kaki dolman étoile au col

Le terme de « gardien » est rarement utilisé sous l’Ancien régime. Il désigne, à partir de la Révolution, les hommes chargés d’assurer la discipline au sein des maisons d’arrêt et des maisons centrales. La discipline, mais pas la sécurité périphérique, confiée, jusqu’à la Première Guerre mondiale, à des militaires. Les «gardiens» ont été rebaptisés « surveillants » en 1919. Ph.P.