RUBRIQUE OEIL EN ÉVEIL – “L’enfant de Garland Road” de Pierre Simenon –

Pierre Simenon, le fils cadet de Georges Simenon, né en 1956, n’a débuté dans le monde littéraire que vers la fin des années 1990, après avoir été dans ses vies d’avant un analyste financier et gérant de portefeuille en Suisse, puis, après son départ pour les Etats-Unis en 1987, un avocat de cinéma à Los Angeles. C’est en 2010, qu’il publie son premier roman Au nom du sang versé, un thriller sanglant, dans lequel un fils décide d’enquêter sur un secret de famille concernant son père. Dans son second livre De père à père, Pierre Simenon raconte ses souvenirs, une sorte de dialogue posthume avec son père dont il évoque, en autres, l’amour paternel, la complicité et une très grande présence.

L’enfant de Garland Road est son troisième livre et deuxième roman, publié en avril 2019, aux éditions Plon, un thriller inquiétant, où les thèmes de la filiation et de la paternité sont encore présents.

Kevin O’Hagan, 63 ans, écrivain raté, désabusé et dépressif, un veuf hanté par son mariage déchu où la haine a remplacé l’amour, il vit en reclus dans les collines du Vermont, après avoir élevé tout seul sa fille, partie depuis. Son sentiment d’échec est si intense qu’il frôle la psychose. Même ses tentatives pour en finir avec l’existence se soldent par l’échec. C’est alors qu’il doit prendre en charge son neveu de 10 ans, David, dont les parents viennent d’été assassinés dans de mystérieuses circonstances. Sa vie s’en trouve métamorphosée et les liens de complicité et d’affection qu’il noue avec David lui font tout doucement reprendre goût à la vie. Mais le mauvais sort s’acharne : un jour, l’enfant disparaît de son école, enlevé par un dangereux pédophile tueur d’enfants. Kevin commence alors une traque sans répit pour sauver David. Sans droit à l’échec cette-fois ci. Malgré la présence de thèmes plus lumineux, comme celui de la filiation et de la paternité, « L’enfant de Garland Road » est un roman sombre et envoutant.

« Un jour, j’ai eu besoin d’écrire une histoire, alors je l’ai écrite», a confié Pierre Simenon au moment de la publication de son premier roman en 2010.

Depuis, il s’est trouvé lui-même, en s’affranchissant du mythe, mais toujours dans l’ombre bienveillante de son père. 

Krystina Kowalska : En collaboration avec Philippe Poisson, Krystyna rédige régulièrement et officiellement une critique de littérature policière RUBRIQUE OEIL EN ÉVEIL sur le discret carnet criminocorpus.

 

.