Un historique du centre de détention de Mauzac

Jacky Tronel, historien, et Caroline San-Nicolas, directrice de l’établissement. PHOTO ANNE-MARIE SOPKOWITZ

Caroline San-Nicolas, directrice du centre de détention de Mauzac, a organisé, vendredi 28 juin, une journée d’échanges et de partage consacrée à l’histoire de l’établissement. Elle a été suivie de deux journées ouvertes au public avec des expositions de photographies, d’objets, d’uniformes des personnels pénitentiaires et de projections d’interviews filmées.

Vendredi, trois tables rondes se sont succédé. La première, animée par Jacky Tronel, a permis de retracer l’historique des lieux avec leurs différentes occupations : au camp nord, la prison militaire (1940–1945), le centre de regroupement des politiques algériens du MNA (1961–1962), puis des objecteurs de conscience (1962–1971) et, au camp sud, la prison pour femmes (1947–1951), ensuite pour les multirécidivistes (relégation et tutelle pénale), jusqu’en 1981. L’après-midi, la deuxième table ronde était présidée par Christian Demonchy, co-architecte avec Noëlle Janet du nouveau centre de détention. L’architecte a rappelé les objectifs du projet initié par Robert Badinter, alors garde des Sceaux, et a dressé un bilan en demi-teinte du modèle de cette « prison expérimentale » mise en service en 1986…

Pour lire l’article complet sur le site de Sud ouest