Saint-Just, la liberté ou la mort : Suivi de Le NIvernais-Morvan sous la Révolution (Michel Benoit)

Il est dix neuf heures trente. Deux tombereaux montent la rue du Rocher en direction du cimetière des Errancis, près de la barrière de Monceaux. Il est tard, on jette pêle-mêle dans la fosse les corps des suppliciés du jour. Parmi eux, Maximilien Robespierre et Louis-Antoine Saint-Just, né à Decize il y a vingt-six ans. Nous sommes le 10 Thermidor de l’An II. Ce jeune homme que rien ne destinait à participer à l’aventure révolutionnaire était mort sans pouvoir prononcer son dernier discours. Celui qui déclarait à la tribune de l’assemblée que “la confiance n’a plus de prix lorsqu’on la partage avec des hommes corrompus -, ou encore – Osez ! ce mot renferme toute la politique de notre révolution”, n’aura été député que vingt-deux mois et n’aura pu mettre en pratique la constitution de 1793 dont il fut l’un des maîtres penseurs. Quelles purent être les dernières heures, les ultimes pensées de Saint-Just, homme d’action et penseur d’actes, alors qu’il se savait condamné ?

(Avec la contribution de), Bernard Vinot (Préface)

Éditeur : Editions De Borée (6 juillet 2017)

Collection : Histoire et documents

66 – Portrait du jour : Michel Benoit, auteur du polar « Les iris rouges » – Les Enquêtes du commissaire Merle

 

 

 


Vous aimerez aussi...