« Il n’y a pas d’étrangers ici; seuls des amis que tu n’as pas encore rencontrés » … Les rayons de soleil du carnet criminocorpus

« Il n’y a pas d’étrangers ici; seuls des amis que tu n’as pas encore rencontrés » – William Butler Yeats … Les rayons de soleil du carnet criminocorpus

Ma formation est très éloignée du monde de l’écriture, puisque je suis diplômée en Business et Finances du Polytechnic of Wales. C’est plutôt le fait d’avoir été lauréate du Prix Vedrarias en décembre 2012. C’était ma toute première nouvelle et la première fois que je participais à un concours. J’avais déjà écrit un roman que je n’avais fait lire à personne. Le président du jury, Alain Absire, Prix Femina 1987 et directeur de collection chez Calmann-Lévy, m’a encouragée à sortir mon manuscrit du tiroir et à le proposer à des éditeurs. Je l’ai envoyé à huit maisons d’édition. J’ai reçu deux propositions de contrat pour Paysannes de montagne , paru en janvier 2015. Pour quelques arpents de rêve est sorti un an plus tard, puis Sœurs de lait et aujourd’hui Lily sans logs (éd. De Borée)…

Fille unique d’un alpiniste divorcé – ingénieur des Colonnes de Buren à Paris – elle vit dix ans chez ses grands-parents, des paysans de montagne. Elle fait ses études au Pays de Galles, d’où elle revient diplômée en Business et Finances du Polytechnic of Wales. Puis, elle travaille dans la sécurité privée et industrielle. Après une reconversion, elle enseigne l’anglais aux très jeunes Français, et le français aux enfants primo-arrivants, avant de se lancer dans l’écriture en 2012. Elle partage sa vie entre la Haute-Savoie et Paris.

Elle est l’auteur de recueils de nouvelles remarqués par la critique, pour lesquels elle a reçu les Prix Vedrarias 2012, Gaston Welter 2013, Ecriture d’Azur 2013 et 2014, et Livre sans Frontières 2014. En 2018, son roman Sœurs de lait a remporté Le Grand Prix littéraire de l’Académie nationale de Pharmacie et Le Prix Patrimoine. Son quatrième roman Lily sans logis, qui paraît le 14 mars 2019 aux Éditions de Borée a reçu Le Coup de cœur de l’éditeur…

https://criminocorpus.hypotheses.org/92016

 

Véronique Duvillier artiste peintre et écrivain, auteur d’un roman Le Carnet de croquis qui nous plonge à Rabat des années 30 à 60. Le Carnet de croquis s’inscrit aussi dans une littérature engagée, dénonçant la condition des femmes du début du XXe siècle, et le combat mené pour acquérir droits et dignités, à l’instar des rabatais face à l’attitude scandaleuse du gouvernement français.

Véronique Duvillier, formée aux Beaux-Arts de Paris, passionnée d’Histoire, se définit comme une « multiste » : peintre, saxophoniste, elle a pratiqué la danse et le théâtre pendant vingt ans.

Elle vit depuis quelques années en Guadeloupe, où la douceur du climat lui permet de s’adonner à l’écriture.

Cinquième génération d’artistes peintres, petite nièce de René Duvillier, elle signe avec Le Carnet de croquis, son premier roman, en hommage à sa grand-mère trop tôt disparue…

Le Carnet de croquis, c’est l’histoire de Suzanne, qui déroule l’écheveau de son destin qui l’emmène loin de Paris à Rabat des années 30 à 60. . Fille d’un bourgeois et artiste peintre, la jeune femme nous fait découvrir sa passion pour l’art, et ce pays exotique, lieu de son parcours initiatique. À la fois poétique et propice à la rêverie, le Maroc nous révèle toute sa dureté en ces temps tourmentés de protectorat et de seconde guerre mondiale. Le Carnet de croquis s’inscrit aussi dans une littérature engagée, dénonçant la condition des femmes du début du XXe siècle, et le combat mené pour acquérir droits et dignités, à l’instar des rabatais face à l’attitude scandaleuse du gouvernement français…

https://criminocorpus.hypotheses.org/93542

 

“Ce travail m’a occupé près de sept ans. Pour le financer, j’étais ouvreur dans des théâtres : d’abord à l’Opéra national de Paris, puis à la Comédie française. Après avoir réceptionné le public, je gagnais « la boîte à sel » du théâtre où je passais mes soirées à lire ou à prolonger le travail que j’avais conduit durant la journée à la Bibliothèque nationale de France …”

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Ce soir nos accueillons notre ami historien Jean-Lucien Sanchez, auteur du remarquable ouvrage À perpétuité. Relégués au bagne de Guyane …

Jean-Lucien Sanchez, docteur en histoire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, est l’auteur d’une thèse intitulée « La relégation des récidivistes en Guyane française. Les relégués au bagne colonial de Saint-Jean-du-Maroni, 1887-1953 » soutenue le 3 décembre 2009 sous la direction de Gérard Noiriel. Chargé d’études historiques au ministère de la Justice (DAP/PMJ5), il est membre du CLAMOR. Il travaille sur l’histoire pénale et coloniale de la Troisième République, plus particulièrement sur les bagnes coloniaux de Guyane française.

https://criminocorpus.hypotheses.org/15478

 

“Belle de jour … Belle de nuit” … Ainsi va la douce Annabel auteure des Enquêtes de Simon inspirées du milieu de la nuit qu’elle connaît bien et affectionne particulièrement. Le lecteur du carnet criminocorpus “retrouvera ainsi au fil des pages des fleurs de pavé, des meneuses de revue, des travestis, des musiciens, des concierges, des tenanciers et matrones, des policiers et des mariniers. Une flopée de personnages authentiques et populaires, qui raviront le lecteur par leurs dialogues ciselés et agrémentés d’argot et de « gaga » stéphanois, qui vous séduiront tant par leur originalité que par leur humanité.”

Après vingt ans de carrière dans la musique, Annabel écrit des romans policiers dont les intrigues se situent dans le milieu de la nuit qu’elle connaît bien. Stéphanoise de naissance et, tout comme son détective, Parisienne par obligation, Annabel propose des polars se déroulant au creux des Années folles et nous dévoile les us et coutumes des habitants du monde artistique mais aussi des gens de la rue, du milieu ouvrier, de celui de l’aristocratie…

https://criminocorpus.hypotheses.org/46900

Annabel est également la présidente du jury du  prix zadig de la nouvelle policière

Editions Ex Aequo

 

Attirée dès l’enfance par les petits travaux manuels, Patricia Rappeneau se montre très tôt imaginative au travers la création et la réalisation d’objets décoratifs.

Titulaire d’un bac scientifique, après une année validée en faculté de pharmacie, Patricia devient préparatrice, un métier qu’elle exercera pendant quatre ans, avant de se tourner vers l’écriture et retrouver sa passion d’enfance en publiant 11 ouvrages sur les loisirs créatifs destinés aux petites mains comme aux grandes.

Grande lectrice de romans policiers, c’est en 2009 qu’elle se tourne vers le thriller en publiant la première enquête de Nathan Malocène, “Requiem”, suivi de “Mission Malona” paru en octobre 2012.

Après avoir vécue à Dijon, puis Orléans, Patricia Rappeneau vit aujourd’hui en Bourgogne.

Bienvenue Patricia dans la grande famille des amis de criminocorpus

https://criminocorpus.hypotheses.org/94077