188 – Portrait du jour : Sandrine Roy … et son preux chevalier “Lynwood Miller”

 

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 188ème  Portrait du jour – Criminocorpus  nous recevons avec infiniment de plaisir Sandrine Roy qui publie  l’histoire de Linwood et Elie  un duo surprenant, dans une histoire peu ordinaire…

Mais qui est Lynwood Miller, ce beau quadragénaire fraîchement débarqué dans ces montagnes françaises ? Un Américain ? Son accent ne trompera personne, mais que nous cache-t’il ? Et lorsqu’il sauve une jeune femme d’une très mauvaise posture, il se révèle un preux chevalier.

N’hésitez pas, faites-vous plaisir et découvrez l’histoire de Linwood et Elie un duo surprenant, dans une histoire peu ordinaire  aux editionslajouanie

Sandrine Roy est née à Bordeaux. Elle vit à Montauban où elle supporte l’équipe de rugby. Elle travaille dans un collège. Elle a commencé à écrire dès qu’elle a su tenir un stylo et est une grande lectrice, elle adore ses collègues de plume dont Sam Millar, Fred Vargas, Pierre Lemaitre…

Au plaisir de se revoir Sandrine et bienvenue sur le très prisé carnet criminocorpus. Ph.P.

Pouvez-vous faire une présentation de vous et de vos débuts dans l’écriture.

Les raisons qui vous ont poussé à écrire et la description de vos romans.

L’écriture est intrinsèquement liée à ce que je suis : elle fait partie de ma vie, de ma personnalité. Je dirais qu’elle m’anime à chaque instant et depuis toujours. Parce que dès que j’ai su tracer des lettres et former des mots, naturellement, j’ai fait des histoires. Non seulement par amour de la langue, mais aussi par besoin de créer un environnement plus beau que celui qui m’entourait.

Par voie de conséquence, mes romans sont inexorablement empreints d’une certaine joie de vivre – d’aucun parleront d’utopisme, voire d’un côté fleur bleue peut-être, soit ! j’assume – même s’il s’agit de textes qui s’inscrivent dans le genre noir. Je prends plaisir à casser les codes, à exposer ma propre vision de l’écriture qui, selon moi, gagne à s’affranchir des règles. Je fais d’abord et avant tout dans l’imaginaire. Ayant suivi un cursus littéraire, j’aurais beaucoup à dire notamment sur la définition du fantastique telle qu’elle est enseignée dans les collèges ou les lycées et qui n’a plus grand-chose à voir avec la façon dont la pratiquent des auteurs contemporains comme Stephen King ou Cédric Sire par exemple.

L’écriture est un terrain de liberté avant tout – du moins pour moi. Elle est le lieu de tous les possibles, réalise ce que le quotidien interdit. Alors il n’est juste pas question de me museler !

L’écriture vous sert-elle de résilience ?

Durant mon enfance et mon adolescence, il ne faut pas se voiler la face, c’était on ne peut plus vrai. J’avais l’impression de n’être entourée que de laideur. Alors j’écrivais pour m’inventer un monde plus beau. Là où la réalité ne m’offrait que des épreuves, l’écriture me permettait d’affronter tout ça en me promettant du répit.

Aujourd’hui, l’écriture n’est plus un refuge mais c’est un domaine qui m’est propre. C’est une bulle d’oxygène qui s’ouvre aux autres lorsqu’un de mes livres est lâché dans les librairies. Cette inspiration immense – à prendre dans le sens de « respiration » – que je mets dans mes livres, je suis heureuse si elle se transmet au lecteur et lui donne un nouveau souffle, ne serait-ce que pour quelques heures.

Votre prochain ouvrage

Il y a deux ouvrages encore à paraître : le tome 4 de Lynwood Miller, toujours aux editionslajouanie, qui sera très probablement le dernier de la série, et un roman policier – dans les règles de l’art cette fois ! – intitulé DILEMME qui sortira normalement en janvier aux éditions Eaux Troubles. Et comme je ne reste jamais sans un texte en cours, je suis en train d’écrire les derniers chapitres d’un roman rural intitulé DESSINER LES NUAGES qui aura très certainement un autre éditeur ; mais je n’en dis pas davantage.

Quel roman vous a le plus marqué ?

C’est une question si difficile ! Car elle implique de faire un choix alors que des centaines de livres ont marqué ma vie de lectrice. Mais puisqu’il en faut un, alors ce sera Un Prêtre Marié, de J.A. Barbey d’Aurevilly. J’avais commencé par lire Les Diaboliques, et cela m’avait tellement plu que j’ai lu absolument toute la production de cet auteur, avec une grosse faiblesse pour le titre déjà cité. J’ai dû le lire au moins 3 fois, ce qui est rarissime. Le Grand Meaulnes fait également partie des romans que je relis avec délectation.

Quelques mots pour les lecteurs.

Lors des salons ou des séances de dédicaces, lorsque j’ai le plaisir de pouvoir échanger avec de futurs lecteurs, je leur déconseille de lire mes Lynwood s’ils s’attendent à des scènes sanguinolentes ou gores. Ce n’est pas mon univers ! Je leur dis aussi de passer leur chemin s’ils sont hermétiques aux beaux sentiments. Alors, lecteur, te voilà prévenu…


Vous aimerez aussi...