L’Eglise catholique, tyrannique et mafieuse, derrière le scandale des bébés volés de Franco

Infirmières espagnoles saluant Franco en 1939 après trois ans de guerre civile.• Crédits : Hulton-Deutsch Collection/Corbis – Getty

Sous Franco démarrait en Espagne un vaste scandale de vols d’enfants, confisqués à leurs parents à la naissance parce qu’ils étaient républicains, mères célibataires ou couples adultères. La pratique mafieuse a perduré après la mort du dictateur à la faveur d’un lien étroit avec l’Eglise catholique.

Avec le procès dit des “bébés volés” qui s’est ouvert cette semaine en Espagne, c’est tout un pan de l’histoire collective dans la péninsule ibérique qui se révèle peu à peu. Un pan longtemps passé sous silence : le dévoilement de cette affaire remonte au milieu des années 2000, lorsqu’on a découvert que des milliers de nourrissons avaient été enlevés à leurs parents sous Franco. Des parents qui avaient souvent en commun d’avoir appartenu au camp républicain, et parfois combattu le franquisme. Mais qui parfois virent leur enfant disparaître à la naissance sans explication, parce que quelqu’un avait estimé qu’ils dérogeaient aux standards du catholicisme le plus corseté. 

Parce qu’ils étaient nés de parents “rouges”, d’une mère célibataire ou encore d’un couple adultère, ils sont ainsi plusieurs dizaines à plusieurs centaines de milliers à avoir été dérobés à leurs parents à la faveur de pratiques mafieuses dont on a découvert avec stupéfaction en 2005 qu’elles avaient perduré, au beau milieu de l’Europe, jusque dans les années 80. Des pratiques concertées, qui n’avaient rien à voir avec des passages à l’acte isolés. Il s’agit bien d’un système, expliquent Gabriel Gatti et Sandrine Revet, respectivement sociologue et anthropologue, pour éclairer la spécificité de l’affaire espagnole …

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de France culture

28/06/2018 par Chloé Leprince

Vous aimerez aussi...