Exil pénal et circulations forcées dans l’Empire colonial français Le cas particulier du convoi de « forçats arabes »* du 27 juillet 1868 vers la Guyane française – Linda AMIRI

Linda Amiri
Laboratoire MINEA (EA7485), Université de Guyane.

La loi du 30 mai 1854 sur l’exécution de la peine des travaux forcés fait de la Guyane un territoire expérimental de l’utopie pénale, agricole et coloniale. Entre 1852 et 1867, les transportés coloniaux représentent à peine 1,32 % des effectifs, la catégorie « forçat arabe » fait son apparition en 1866 dans les statistiques officielles de l’administration pénitentiaire guyanaise. En 1867, la décision du gouvernement français d’arrêter provisoirement les convois de transportés européens modifie considérablement la sociologie du bagne : afin de trouver un second souffle à ce projet de colonie pénitentiaire, décision est prise de puiser dans le vivier des transportés indigènes pour continuer à alimenter la Guyane de forces vives. De 1868 à 1887, ce vivier est majoritairement composé de « forçats arabes » originaires principalement d’Algérie. L’objet du présent article est de revenir sur le contexte politique et social dans lequel s’ouvre la période algérienne des bagnes de Guyane (1867-1887), de réinscrire ces derniers dans la géographie des circulations forcées « trans-impériales », tout en dessinant les contours de la première génération de forçats algériens. Pour ce faire, nous avons choisi d’établir notre corpus de sources autour du convoi du 27 juillet 1868 qui semble avoir été le premier convoi de condamnés algériens depuis l’arrêt provisoire des condamnés européens vers la Guyane.

Linda AMIRI, , maître de conférences en histoire contemporaine.

Pour en savoir plus lire le texte intégral de Linda Amiri :

https://journals.openedition.org/anneemaghreb/4514


Vous aimerez aussi...