La mise en valeur d’un patrimoine douloureux : le Camp de Rivesaltes par Valentine Rouzies

 

Entrée du camp de Rivesaltes, source CG 66

Entrée du camp de Rivesaltes, source CG 66

Une histoire longue et complexe par sa diversité

L’histoire du camp de Rivesaltes commence en 1938, date à laquelle il est construit sous le nom de « Camp Joffre », avec pour mission première le transit des troupes coloniales ; il est donc conçu comme un camp militaire. Ce site est situé sur un plateau offrant des conditions extrêmes, avec l’hiver un froid insoutenable et l’été une chaleur dense. Il était prévu dans un premier temps, que l’armée se servirait de ce site pour y installer des écuries, mais les conditions climatiques étant redoutables, le projet est abandonné, considérant le climat trop difficile pour les chevaux. Cependant l’état n’hésitera pas à y installer des hommes.

L’arrivée des espagnols

En 1939 a lieu « la Retirada », ce phénomène correspond à l’exode massif des républicains espagnols face aux troupes de Franco.  Quelques 70 000 espagnols avaient déjà trouvé refuge en France durant les années 1937-1938, le gouvernement français s’attendait pour 1939 à devoir accueillir 15000 réfugiés supplémentaires. Toutefois ce sont plus de 450 000 réfugiés qui passent la frontière et s’entassent dans des camps de fortune dans le sud de la France. Dans un premier temps ils furent concentrés sur les plages du Roussillon dans des tentes de fortune à même le sable. Puis le général Ménard est chargé d’organiser une politique de désenclavement en créant un réseau de camps. Ils seront spécialisés, par exemple Bram dans l’Aude devait accueillir les vieillards, Gurs devait accueillir les basques, et Rivesaltes et Agde devaient accueillir les catalans. C’est à ce moment-là qu’est émis le projet de transférer 15 000 espagnols au camp de Rivesaltes. Finalement ce sont « seulement » un millier de jeunes hommes qui vont y être transférés. Ils sont placés sous l’autorité militaire dans des compagnies de travailleurs étrangers.

Le début de la concentration raciale

Le 10 décembre 1940, l’armée française met à disposition 600 hectares au sud du camp militaire afin de créer un camp de civil pour y rassembler les familles juives de nationalité étrangère. L’aménagement du camp est réalisé dans des conditions épouvantables par des ouvriers espagnols, qui sont affamés. Le camp est prévu selon les autorités pour 17 000 « hébergés », or il se compose de 150 baraquements pouvant contenir chacun 70 personnes, ce qui constitue une capacité maximale de 10 500 individus. De plus la disposition des bâtiments posait problème car c’était un très grande surface (4km par 3), cela imposait donc des déplacements longs et difficiles ainsi que des problèmes de surveillance. Les premières familles arrivent le 14 janvier 1941, et dès le 31 mai de la même année, le camp compte 6475 internés.

Ce camp devait permettre de rassembler les familles de juifsétrangers, en réalité bien que les familles soient réunies au sein du même camp, elles sont séparées, en effet des baraquements sont prévus pour les hommes et d’autres pour les femmes. Dans un entretien réalisé par la fondation pour la mémoire de la Shoah et l’INA (1),  Alexandre Halaunbrenner qui a été interné à Rivesaltes, alors qu’il était enfant avec ses deux sœurs, son frère et sa mère, témoigne de cette séparation, il raconte qu’il était avec son frère dans un baraquement pour hommes et que sa mère était avec ses deux sœurs dans un baraquement pour femmes.

En Mai 1941 le camp compte 16 nationalités différentes parmi les internés : plus de la moitié sont espagnoles, les juifs étrangers représentent une grande partie aussi, ainsi que les tsiganes. En effet avec la victoire en 1940 de l’Allemagne, une partie de la France est occupée est s’installe alors le gouvernement de collaboration de Vichy. Les juifs étrangers, dans un premier temps, sont centralisés dans des camps.  Il était gardé par des mobiles français ce qui permettait une certaine « souplesse ». Benjamin Silberberg raconte dans son témoignage qu’il a pu rentrer dans le camp pour retrouver sa mère et son frère, le gardien l’avait laissé rentrer et ressortir avant la relève de la garde, tout en lui déconseillant de rester dans ce camp. Cette « désobéissance » de la part des mobiles français apparait aussi dans le témoignage d’Isaac Borne qui s’était évadé en 1942 du camp par des barbelés. Il dit : « C’était gardé par des gardes mobiles français, c’était pas … Il y avait une possibilité de partir ».

Ces témoignages ainsi que les archives étudiées par les historiens confirment les conditions déplorables de vie dans ce camp. En effet la faim règne, les portions sont très maigres et insuffisantes. Le ravitaillement est trop faible par rapport aux besoins. De plus l’eau est constamment infectée. Le 31 aout 1941 le docteur Weill présenta un rapport de la commission pour l’hygiène dans lequel il s’inquiétait de la pollution des eaux. Il soulève aussi le problème des WC, qui sont à tinettes et en plein milieu des îlots. Certains témoignages parlent de « millions de puces » et de présences de rats. Les conditions climatiques sont insupportables, la tramontane souffle très fort sur le plateau qui accueille le site du camp. Rappelons que l’administration militaire avait renoncé à y installer des chevaux pour ces raisons climatiques. Alexandre Halaubrenner se souvient dans son témoignage de ce vent, et raconte qu’il fallait raser les murs pour pouvoir avancer.  Les bâtiments (hormis la pouponnière et les bureaux) n’étaient bien évidemment pas chauffés. Par ailleurs, dans un rapport demandé au médecin chef responsable, il indique que l’accueil des enfants dans ce camp est « formellement contre-indiqué », or des enfants y seront internés par milliers y compris des nouveau-nés. Des écoles sont installées dans le camp et accueillent les enfants dans 17 classes. Ces écoles ont pour vocation d’occuper les enfants pour faciliter le bon fonctionnement du camp.

En 1942 le camp de Rivesaltes devient le Centre régional de rassemblement des Israélites. Ordre est donné de rassembler tous les juifs de la zone sud dans ce camp afin de les envoyer à Drancy, d’où ils partiront vers Auschwitz. Les convois partent tous les 15  jours. Finalement  dans le cadre de l’invasion des troupes allemandes de la zone libre, les allemands s’installent au camp Joffre jusqu’à la fin de la guerre et le camp d’hébergement est fermé en Novembre 1942.

Images d'archive du camp, Source CG 66

Images d’archive du camp, Source CG 66

Le Camp après guerre

En 1944, la partie militaire du camp reprend sa vocation première, mais dans la partie civile un camp de séjour surveillé est mis en place pour les prisonniers de guerre allemands et italiens, ainsi que pour les collaborateurs de l’occupant. Toutefois la présence des espagnols est encore à noter dans cette période de l‘histoire du camp. En effet des espagnols y sont internés pour passage clandestin de la frontière. Ils sont, comme avant-guerre, utilisés comme main d’œuvre gratuite afin de travailler aux travaux nécessaires pour la sécurisation du site. Cependant l’état du site est jugé déplorable et la sécurisation n’est pas assez efficace. Le camp devait devenir le Centre administratif des épurés du Sud mais cela ne se fit pas.

En 1945 avec l’arrêt du conflit mondial, le camp est quasiment vidé, il ne reste en 1945 que 26 internés tous espagnols. La reconversion du camp est alors mise en question, les autorités françaises prédisent la chute du franquisme et alors une « retirada » d’un autre genre : des partisans de Franco. L’avenir du camp est alors envisagé comme réponse à cette éventualité, toutefois il n’en est rien et ce projet est abandonné.  La dissolution du centre est proclamée le 10 décembre 1945 et sa liquidation est achevée en octobre 1946.

Plusieurs projets sont évoqués sur le devenir du camp, finalement en 1947, un centre de formation professionnelle accélérée pour les ouvriers du bâtiment des Pyrénées Orientales est créé sur le site. Il est destiné finalement aux Nord Africains, ce qui crée des tensions avec les populations alentours sur fond de guerre d’Algérie. Pour équilibrer la chose, la moitié de l’effectif est destiné aux métropolitains. La partie militaire du camp accueille des troupes en partance pour la guerre d’Algérie.

En 1957, l’état envisage de créer un camp d’internement sur le site pour répondre aux besoins qu’engendre la guerre d’ Algérie,  le projet ne va aboutir car il comporte déjà le centre de formation déjà évoqué, mais aussi un lieu de transit pour les troupes en partance pour l’Algérie ainsi qu’un centre de formation militaire pour les nord-africains. Si le camp d’internement n’est pas créé, il est toutefois créé un centre pénitentiaire dont 92% des prisonniers sont des « français musulmans ». Une note de la direction de la sureté nationale indique par ailleurs que ce centre pénitentiaire est destiné aux « nord africains condamnés pour activités anti-nationales ».

Avec l’indépendance de l’Algérie en 1962, et dans un contexte de violence, près de 90 000 personnes trouvent refuge en France. Un groupe social apparait alors : les « Harkis ». Les pouvoirs publics mettent en place des camps de transit, qui sont vite surpeuplés. Et c’est c’est en 1962, avec le rapatriement du premier régiment de tirailleurs algériens, que les civils réintègrent le camp. En effet certains tirailleurs arrivent avec leurs familles. En octobre 1962, environ 8000 « Harkis » séjournent au camp de Rivesaltes. Ils sont souvent là pour très peu de temps, avant d’être redéployés sur tout le territoire, mais les derniers ne quitteront le camp qu’en 1977. Plus de 20 000 personnes transiteront par le camp de Rivesaltes. D’autre nationalités vont passer par ce camp comme d’anciens militaires guinéens et leur famille.

L’activité du camp s’éteint un peu au début des années 1980. En 1986 un centre de rétention administrative est créé sur le site, il a pour vocation de centraliser les immigrés clandestins avant leur expulsion. Une nouvelle fois l’emprunte des immigrés espagnols est présente, puisque ce  centre a officiellement pour vocation première de centraliser les ressortissants espagnols en situation irrégulière sur le territoire français. Les personnes sont considérées comme retenues et non détenues, elles ne peuvent cependant pas sortir de leur chambre. En 1994, le camp est l’un des plus important centre de détention d’immigrés clandestins avec 1000 entrées par an. Alors même qu’un centre de détention est toujours en activité, des écrits et recherches sortent à propos du camp de Rivesaltes. Par ailleurs des stèles sont érigées à la mémoire des juifs, des républicains espagnols, des harkis. Le site est inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 2000.  Le centre de détention est déménagé qu’en 2007 alors même que le projet de valorisation du site est déjà bien commencé.

Un article réalisé en 2013, par J.C Vimont, vous permettra de découvrir le camp avec de plus amples photos.

La Construction du mémorial

Le camp de Rivesaltes est un lieu regroupant de nombreuses mémoires individuelles et collectives. Il représente un système répressif datant des années 1930-1940 , selon Denis Peschanski : l’Internement. Il est donc un site mémoriel important et nécessaire à préserver. Ce mémorial deviendra aussi un lieu de référence sur l’histoire des déplacements forcés de population et de leur mise sous contrôle.

« Rivesaltes a vocation à être un lieu de mémoire pour tout le monde. C’est le seul lieu en France où sont conservées des traces visibles d’un pan entier de l’histoire du XXe siècle, de la Seconde Guerre mondiale à la guerre d’Algérie, autour d’une thématique centrale, les déplacements contraints. Il a une vocation profondément humaniste en permettant à des communautés qui ignorent leurs histoires respectives de les découvrir en un même lieu. » Denis PESCHANSKI, historien, chercheur au CNRS et président du comité scientifique du Mémorial.

Le projet de construction d’un mémorial sur le site du camp de Rivesaltes avait été initié par le président du conseil Général des Pyrénées Orientales en 1998, Christian Bourquin. Rapidement l’échelle régionale s’est avérée plus cohérente pour un projet d’une telle ampleur et avec une empreinte territoriale forte. La région Languedoc Roussillon supporte donc le projet, et est maitre d’ouvrage depuis 2012. Josiane Collerais, Vice-présidente de la Région, déléguée à la culture et au patrimoine décrit ce projet comme un acte politique fort de la part du président, considérant qu’il faut garder cette mémoire intact et en faire un lieu pédagogique. L’enjeu d’un tel projet est de faire un lieu qui préservera la mémoire et l’histoire sans en faire un « parc d’attraction ».

C’est un lieu qui a une portée bien sur locale, inscrit dans l’histoire de Rivesaltes, mais aussi Européenne et même internationale. Les mémorial aura trois missions :

– La recherche historique et la restitution de cette connaissance, sous forme d’expositions, colloques, conférences.

– Un travail pédagogique et éducatif, pour cela outre les visites guidées, ateliers et documents pédagogiques adaptés, une collaboration avec l’éducation nationale a été mise en place.

– Une approche de l’histoire et la mémoire à travers l’art.

Emplacement du mémorial sur le site, source : Agence Ruddy Ricciotti

Emplacement du mémorial sur le site, source : Agence Rudy Ricciotti

 

Le chantier commencé en 2012, l’ouverture du mémorial est prévue pour juin 2015. Sa construction a été confiée à l’architecte Rudy Ricciotti. Le mémorial sera construit au cœur de l’îlot F du camp au milieux des baraquements restés en place. Le bâtiment sera semi enterré et couvert de percées végétales. L’idée d’un bâtiment semi-enterré était de ne pas dénaturer le site. Le mémorial sera composé d’une exposition permanente, un lieu d’exposition temporaire, un auditorium, des salles pédagogiques et un centre de documentation. Un parcours sera aussi possible en extérieur.

02_Agence_Rudy_Ricciotti-1964-900-500-85

Plan intérieur du mémorial

03_exterieur_Agence_Rudy_Ricciotti-1965-900-500-85

Vue extérieure du projet de mémorial, source Agence Rudy Ricciotti

Vue du projet de l'exposition permanente, source Agence Rudy Ricciotti

Vue du projet de l’exposition permanente, source Agence Rudy Ricciotti

Le coût des travaux représente 23 millions d’euros, dont 35% sont pris en charge par le département et 65 %  par la région. Par ailleurs il est noté que 500 000 euros sont engagés pour la recherche et l’action pédagogique.

Les thèmes abordés par le mémorial seront  :

– l’histoire de l’internement en France pendant la seconde guerre mondiale

– l’histoire du camp dans sa pluralité de situations et de populations, depuis la libération jusqu’à nos jours, avec en particulier le drame des harkis,

– l’histoire des oeuvres d’assistance humanitaire au XXème siècle, dont le rôle dans les camps d’internement a été majeur. (2)

07_interieur_Agence_Rudy_Ricciotti-1967-900-500-85

Projet intérieur du mémorial, source Agence Rudy Ricciotti

La visite s’articulera donc autour de deux parcours :

Un parcours intérieur autour des trois thèmes principaux :

– Le phénomène de l’internement en France de 1938 à 1945

– L’histoire des oeuvres de secours humanitaire au XXème siècle.

– L’histoire du camp de Rivesaltes après 1945, camp militaire qui connut différents usages en particulier celui de rassembler à partir de 1954 les troupes en partance pour l’Algérie et en 1962 les harkis rapatriés d’Algérie, et celui plus récent d’abriter un centre de rétention administrative.

Et un parcours en plein air, entre les baraques reconstituées comme en 1940 et des vestiges du camp en l’état.

Avec un tel mémorial, les autorités publiques veulent regarder en face notre histoire à travers celle de ce camp. L’accent mis sur la transmission de connaissance, et l’aspect pédagogique laisse à penser que ce lieu deviendra peut-être un site de référence sur l’histoire de l’internement, et des camps français.

1- Ces témoignages ont été réalisés en 2001, et librement accessible sur le site de l’INA, quatre d’entre eux témoignent de leur passage au camp de Rivesaltes : Benjamin Silberberg, Isaac Borne, Alexandre Halaunbrenner, Paula Koiran. Les témoignages évoqués dans l’article sont issus de ces quatre entretiens.

2- Source : http://www.roussillonamenagement.fr/projet-3-2-43

 Photographies du camp de Rivesaltes réalisées en 1013 par J-C Vimont

DSCN0001 DSCN0002 DSCN0003DSCN0004 DSCN0005 DSCN0006 DSCN0007 DSCN0009 DSCN0010 DSCN0011 DSCN0013 DSCN0015 DSCN0017DSCN0019 DSCN0020 DSCN0021 DSCN0018DSCN0026

 

 

DSCN0027 DSCN0029 DSCN0030 DSCN0031DSCN0033

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCN0032

DSCN0038

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources :

– Site du Conseil Général des Pyrénées Orientales : www.cg66.fr

– Ina : http://www.ina.fr/

Le Logement des harkis : une ségrégation au long cours, Par Abderahmen Moumen

Le Camp de Rivesaltes : 70 ans de répression et d’indifférence [1938-2008], par Nicolas Lebourg

Les Espagnols au camp de Rivesaltes [1939 – 1986], par Nicolas Lebourg

HISTOIRE GENERALE DU CAMP DE RIVESALTES, Conférence donnée aux Journées du Patrimoine, Camp de Rivesaltes, 15 et 16 septembre 2007, par Nicolas Lebourg

– France 3 région : http://france3-regions.francetvinfo.fr/ « Le mémorial-musée de Rivesaltes ouvrira le 11 juin 2015 à 11 heures » et « Les bâtiments du Mémorial du camp de Rivesaltes seront livrés dans un an »

– Site de la Région Languedoc Roussillon : http://www.laregion.fr/

– Site pour l’aménagement du Roussillon : http://www.roussillonamenagement.fr/projet-3-2-43

– Site de l’agence de l’architecte Rudy Ricciotti : http://www.rudyricciotti.com/musees/memorial-du-camp-de-rivesaltes#!01_PM_Agence_Rudy_Ricciotti

– France Inter : Carnet de Campagne Hérault 1/5, diffusion 3 novembre 2014, interview de Josiane Collerais, vice-présidente de la région Languedoc Roussillon déléguée à la culture et au patrimoine.

– Le France des Camps, l’Internement 1938-1946, Denis Peschanski, Éditions Gallimard, 2002


Vous aimerez aussi...