La prison des femmes de Tifelfel : Enfermement et corps en souffrance – Khedidja Adel

Dans l’Aurès, fin novembre 1954, l’administration et l’armée sont en guerre, les opérations militaires s’intensifient : les bombardements ciblent les greniers collectifs et leurs précieuses provisions, l’évacuation des villages se généralisent… Instrument de terreur et d’humiliation, les femmes sont devenues un enjeu pour l’armée française : en portant atteinte aux femmes, on porte atteinte aux hommes et à leur dignité et on ébranle toute la société.

Dans cette contribution, notre propos est de rendre visible le cas d’une prison bien singulière,- érigée en août 1955- et destinée aux épouses des maquisards de la vallée de l’Oued el Abiod entre les djebels Ahmar Khaddou et Lazreg, dans le village de Tifelfel (2000 habitants). Aujourd’hui, de ces lieux de détention, il ne subsiste plus de traces matérielles sans parler du silence des archives et du silence que ces femmes se sont imposé depuis l’indépendance. Arrêtées, soumises à de violents interrogatoires puis enfermées, elles ont certes gardé enfoui le souvenir de cette période traumatisante, mais les traumatismes se sont inscrits durablement dans leur corps, ce corps territoire de l’identité familiale dans le contexte d’une guerre. Notre enquête a pour objet de reconstruire cette histoire sur la base des témoignages d’anciennes prisonnières encore en vie. Les entretiens qui tentent de reconstituer ces fragments de vie abordent les exactions, les tortures, les peurs, le quotidien de leur incarcération. Mais la voix de ces femmes, – dont beaucoup sont encore en deuil –, ne restitue qu’en partie les épreuves et les souffrances de cet emprisonnement. Les émotions et les blessures sont encore perceptibles et donnent la mesure de l’ampleur de ce que ces femmes et enfants ont subi.

Khedidja Adel Université Constantine 2 Abdelhamid Mehri.

Pour lire l’intégralité de l’article de Khedidja Adel sur le site de :

https://journals.openedition.org/anneemaghreb/4674


Vous aimerez aussi...