Un camp de prisonniers allemands : La Motterie par Claire Pereira

La (re)découverte du site :

En 2006, en vue de construire un lotissement à 3 kms au sud de Cherbourg, les archéologues de l’INRAP (Institut National d’Archéologie Préventive) sondent le site à bâtir. Dès le début des fouilles préventives, des objets suggérant l’existence antérieure d’un camp de prisonniers à la fin de la seconde guerre mondiale sont déterrés. Se joignant à ces objets, des photos aériennes et des témoignages de riverains viennent confirmer l’hypothèse de l’existence d’un camp.

Suite à ces découvertes, la décision de mener des fouilles plus approfondies est prise afin d’exploiter au maximum le potentiel historique de ce site enfoui. Celles-ci sont entreprises, en 2009, par un organisme à but non lucratif : l’équipe de l’opérateur d’archéologie préventive, Oxford Archéologie Grand Ouest.  Durant trois mois de fouilles, une partie réduite (1.6 ha) du camp de 50 ha va être examinée minutieusement.  En effet, une partie importante de ce camp oublié est enfouie définitivement sous d’autres constructions empêchant des fouilles plus étendues.

Lors du premier décapage de la couche végétale, la disposition du camp est mise au jour.  Des photographies aériennes permettent de distinguer clairement des rangées de cabanes séparées par des allées. C’est ensuite près de 4 000 objets de nature différente qui vont être retrouvés. Du tube de pommade aux objets personnels en passant par des fragments de vêtements, ces objets donnent des détails précieux sur la vie des prisonniers allemands et les conditions sanitaires au sein du camp.

Aujourd’hui, ce site, accueille un nouveau lotissement résidentiel.

Découverte des rangées et des allées du camp

Découverte des rangées et des allées du camp

            La composition du camp et sa hiérarchie:

Les fouilles du terrain ont permis de confirmer l’architecture de ces camps. Initialement composé comme un village de tentes, il devient une structure plus pérenne avec des cabanons dotés de planchers surélevés pour préserver les habitations de l’humidité.

Des archives permettent, en effet, de comprendre la disposition des camps de prisonniers. Il s’agit d’une enceinte entourée de clôtures multiples et de miradors. Cette enceinte est dite divisée en cages. Les cages sont les « parcelles » dans lesquelles sont disposées les tentes logeant les prisonniers. Parmi ces cages, certaines étaient consacrées aux fonctions communes (douches, latrines,  loisirs et infirmerie) et une tente ou une chapelle bâtie en dur permettait aux prisonniers de se recueillir.

Un prisonnier était nommé « chef de cage » pour chacune d’entre elles, ce qui permettait de seconder les américains responsables de la surveillance, appelés « nègres américains » par les prisonniers. Cependant, ce n’était pas le seul rôle qui leur été octroyé. En effet, la police des cages et les cuisiniers étaient eux aussi des prisonniers allemands. Un prisonnier de guerre devait seconder le commandant américain du camp en étant responsable de l’application des ordres. Celui-ci était appelé « Lagerführer » (dirigeant du camp) par les autres prisonniers et était soutenu par les chefs de cage.

Les logements des prisonniers, ils pouvaient être six par "habitation"

Les logements des prisonniers, ils pouvaient être six par « habitation »

            Le camp de la Motterie et son évolution :

Les captures de prisonniers dans le Cotentin ont couvert la période du 6 juin 1944 au 8 mai 1945 (jour de capitulation allemande). Les américains capturent des milliers de soldats allemands au fil de leur avance sur le front. C’est ainsi que des camps de prisonniers vont être mis en place. Le camp central de la Motterie : CCPWE n°10 « Cherbourg haute-gringor » est le premier à ouvrir en Basse-Normandie en automne 1944.

Ce camp possède une capacité de 6000 prisonniers de guerre que l’avance des soldats américains sur le front  va vite rendre insuffisante. En effet l’effectif de soldats allemands capturés ne cesse d’augmenter ce qui nécessite la construction de trois autres camps dans l’année qui suit l’ouverture du camp de la Motterie. Ces nouveaux camps de Foucarville, Nacqueville et Tourlaville ont une capacité bien supérieure à celle du camp de la Glacerie, ce qui va réduire celui-ci au rang de CCPWE n°20. En effet, les camps centraux de prisonniers portaient le nom de Continental Central Prisoners of War Enclosures et étaient classés selon leur capacité.

Malgré le nombre important de prisonniers ennemis sur le territoire français, le gouvernement ne possède aucune autorité sur ces hommes. Alors que la France souffre du manque de main-d’œuvre face à la perte de 700 000 ouvriers, Charles de Gaulle prend conscience de l’intérêt économique et politique des prisonniers. Il demande alors aux alliés de céder les prisonniers à la France. Pour Charles de Gaulle, cet acte permettra de renforcer le statut de la France victorieuse et par conséquent la cohésion nationale, mise à mal pendant l’Occupation. Le transfert des prisonniers à la France débute en février 1945 vers les quatre coins de la France et vers d’autres pays européens en manque de main-d’œuvre.

Le camp de la Motterie est remis à la France en août 1945 et devient le dépôt PGA n°301. C’est à cette période que l’hostilité des civils envers ces prisonniers se ressent concrètement. En effet, lors d’un transfert de prisonniers du Cotentin  vers l’Aube, les wagons à charbon ouverts dans lesquels voyagent ces hommes sont victimes de jets de cailloux de la part de la population.

Les camps sont ainsi un vrai vivier de main d’œuvre. Dans le Cotentin, ces prisonniers travaillent à la reconstruction des infrastructures portuaires, à l’enfouissement des ordures des hôpitaux militaires et à l’inhumation des dépouilles.

            Les conditions de vie :

Au cours de leur détention, les prisonniers n’avaient le droit à aucune correspondance avec leurs proches et étaient transférés régulièrement de camp en camp.

Les armées américaines se soumettent à l’existence de la convention de Genève signée en 1929 par les Etats-Unis d’Amérique et les pays européens régissant le traitement des prisonniers de guerre. Ainsi, les problèmes de ravitaillement sont semblables à ceux rencontrés par la population locale, ce qui n’est pas sans créer de tensions de la part de celle-ci envers les prisonniers. De plus, les soldats capturés étaient parfois autorisés par les EUA à cultiver la terre pour leurs besoins.

Les prisonniers sont régulièrement soumis à des sélections de la part d’employeurs extérieurs prenant l’allure d’un « marché aux esclaves ». En effet, les hommes doivent se présenter en rang à l’entrée du camp pour être embauché par un entrepreneur signant par la suite une « convention de louage de travail » avec le camp. Ainsi, environ 5 500 prisonniers sont embauchés dans la Manche : environ 3 000 pour le déminage (faisant presque deux morts par semaine) et 2 000 pour l’agriculture et la reconstruction. Les invalides et handicapés restent à travailler au dépôt.

Certaines découvertes lors des fouilles, comme un tube de pommade contre les MST et un petit poudrier, ont également révélé que des prostituées arrivaient à se rendre dans le camp.

Les évacuations, la fin du camp :

Les conditions de détention s’améliorent au fur et à mesure que les évacuations avancent. Les rapatriements s’étendent de Février 1945 à Décembre 1948. Tout d’abord pour des raisons de transfert de main-d’œuvre puis pour des rapatriements définitifs  parus dans un document mentionnant les dates de rapatriement en 1947.

Le camp de la Motterie ferme ses portes en 1948 alors que le gouvernement français décide de retarder le retour des prisonniers allemands pour conserver la main-d’œuvre. En effet, le statut de « travailleurs étrangers libres » est proposé aux prisonniers qui souhaitent rester vivre en France. Ainsi, certaines familles vont venir rejoindre ces anciens soldats prisonniers pouvant accéder au mariage avec les femmes françaises et à la nationalité française au bout de cinq années.

Plan de rapatriement des prisonniers (extrait du mémoire de Valentin Schneider)

Plan de rapatriement des prisonniers (extrait du mémoire de Valentin Schneider)

La valorisation de cette mémoire et du petit patrimoine :

            Les objets retrouvés lors des fouilles recouvrent une grande diversité d’objets  de la vie quotidienne des prisonniers: des sachets de boissons, de nourriture lyophilisée, brosse à dent, dentifrice (parfois de marque type Colgate), des bouteilles, des fragments de chaussures ou de vêtements et même un crucifix en acier fabriqué à la main. La découverte d’un tube de prophylactique, de petites chaussures et d’un poudrier permettent d’affirmer que des prostituées traversaient l’enceinte du camp. Des poêle à bois ont également étés déterrés. Cependant outre des poêles à bois américains, des poêles artisanaux fabriqués en tonneaux ou caisse en métal par les prisonniers démontre les pénuries de matériel qui rythmait la vie dans les camps. A travers toutes ces trouvailles, le camp disparu physiquement et  retrouve un aspect concret. Les parcelles des cabanes découvertes rendent compte de la promiscuité des cabanes sachant que six prisonniers la partageaient.

Tube de prophylactique retrouvé lors des fouilles

Poêle de cabane retrouvés lors des fouilles

Crucifix artisanal retrouvé lors des fouilles

Objets retrouvés lors des fouilles

Ces découvertes permettent d’apprendre plus sur les conditions de détention de ces hommes à la fin du deuxième conflit mondial et font l’objet d’exposition à caractère historique et scientifique en Basse-Normandie. Alors, que les objets font désormais partie de la collection du mémorial de Caen, ils sont également présentés lors d’expositions temporaires.

La première exposition temporaire basée sur les découvertes du camp a été baptisée «Laissés-pour-compte : prisonniers de guerre allemands en Cotentin 1944-1948» au musée de la Libération de Cherbourg en 2012. A cette occasion, les trouvailles faites sur place et les panneaux présentent l’histoire du camp et son évolution de 1944 à 1948: le quotidien des prisonniers et de leurs gardiens américains puis français. Cette exposition, permet aux locaux et concernés de se remémorer le site retrouvé « par hasard » ou bien de découvrir une facette de l’histoire de la ville.

Prochainement, du 8 mai au 30 novembre 2015, une seconde exposition se tiendra au musée de la Libération de Cherbourg. Intitulée « Regards croisés. Prisonniers ici et là-bas » elle se penche sur la question de la captivité en confrontant les points de vue allemands et français. Cette exposition basée sur des photographies et des enregistrements audios rendent compte des témoignages d’anciens prisonniers des deux pays. La vie quotidienne, les relations avec la population locale, la question de la difficulté des échanges oraux, le moral des prisonniers, l’attente du retour, tous les aspects de la détention des prisonniers de guerre est ainsi relatée. Après son passage à Cherbourg, cette exposition se rendra en Allemagne, à Bremerhaven pour sauvegarder et valoriser la mémoire de ce fragment d’histoire et le petit patrimoine qui nous en est parvenu.

Pour en savoir plus sur l’exposition: Programme des musées de Cherbourg (musée de la Libération pp. 8 et 9)

Pour aller plus loin: Livre Un million de prisonniers allemands, Valentin Schneider, Edition BROCHE, 2003

Toutes les photos de cet article sont tirées du rapport d’octobre 2013 sur les fouilles archéologiques en Basse-Normandie

Sources pour la rédaction de cet article:

– Mémoire de de Valentin Schneider Les prisonniers de guerre allemands en Basse-Normandie (juin 44- décembre 48)

– Documents de Michèle Baudry (conservatrice du musée de la Libération) sur l’exposition Laissés pour compte: prisonniers de guerre allemands en Cotentin

– http://www.ouest-france.fr/prisonniers-de-guerre-allemands-une-exposition-19025

 

 


Vous aimerez aussi...