193 – Portrait du jour : Alice Masson qui publie “Modern Love”, un recueil de nouvelles

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Sortir un premier livre a tout du parcours du combattant ! Et pourtant, certains y arrivent, comme Alice Masson qui vient de publier Modern Love, un recueil de nouvelles aux éditions Spinelle.

193ème  Portrait du jour – Criminocorpus . Bienvenue Alice dans la fratrie des amis de criminocorpus

Interview décalée d’Alice Masson, une auteure sensible qui a des choses à dire !

Née dans un lointain pays dans les montagnes du Caucase, Alice Masson est chroniqueuse littéraire pour le média numérique FranceNetInfos. Elle lit des tonnes de livres et partage ses avis de lectrice sur ce journal. Elle est tombée amoureuse de la langue française qu’elle a apprise à l’école en arrivant dans les valises de ses parents à Marseille. Insomniaque étant enfant, elle est tombée un soir sur l’émission de télévision Apostrophes de Bernard Pivot qui lui a donné le goût de la littérature et l’amour des livres. Après des études de littérature et de langues étrangères, elle a passé de nombreuses années à s’occuper de ses deux passions : ses enfants et l’écriture. Après une longue période d’hésitation, elle commence à participer à des concours de nouvelles et voit avec étonnement et plaisir que ses écrits intéressent et plaisent au public. Ainsi, de nombreuses nouvelles sont retenues entres autres pour le prix Zadig du polar, pour le prix de la romance Sharon Kena, le prix Gérard de Nerval, Librinova… Elle remporte une belle 5ème place pour le concours J.K. Rowling des éditions Grasset et elle voit pour la première fois sa nouvelle : “Un nouveau départ” publiée dans le recueil du prix des abeilles de Guerlain des éditions du Cherche Midi !

Modern Love  est son premier livre, paru aux Editions Spinelle. Quatre histoires courtes plus différentes les unes que les autres : une romance moderne, un conte écolo-initiatique, un conte pour enfants intelligents et un polar historique, qui se dégustent comme une assiette d’antipasti.

Modern Love : un coup de foudre entre deux personnes que tout oppose. L’amour sera-t-il plus fort que la différence ?

Le présent de la lune : La lune a envoyé un bien drôle de présent à une tribu d’indiens d’Amérique du Nord… A moins que ce ne soit un cadeau empoisonné. (D’après une histoire vraie).

A l’école des vampires : Je m’appelle Emile et j’ai bientôt 6 ans ! Je dois vivre avec mon grand frère dans une cave pour m’entraîner à devenir un vampire.

Le croustilleur de Versailles : 1661, Versailles. Un meurtre atroce vient d’être commis. Le sieur Touquet, commandant des escouades de la Maréchaussée du Roy mène l’enquête.

Quatre histoires pressées à l’attention de ceux qui n’ont jamais le temps de lire…

Alice s’est confiée à Philippe Poisson  en se prêtant au jeu de l’interview décalée :

Bonjour Alice, pourquoi Modern Love, et pas Let’s dance ?

Bonjour Philippe, j’ai choisi le titre “Modern Love” parce que c’est une de mes chansons préférées de David Bowie, et elle collait parfaitement au thème de la première des quatre nouvelles qui composent ce livre. C’est une histoire d’amour bien sûr, mais j’avais envie qu’il y ait des rebondissements, des malentendus et de surprises. J’avais envie de prendre tous les codes de la comédie romantique et de les casser en les remettant au goût du jour !

Et pourquoi Marseille ?

Marseille est un personnage à part entière de cette nouvelle. D’abord parce que j’y vis depuis ma plus tendre enfance, je l’ai quittée quelques temps pour aller rouler ma bosse à Los Angeles mais j’y suis revenue. Marseille décèle de nombreux secrets, on l’aime et on la déteste en même temps. J’ai voulu retranscrire cette ambivalence dans Modern Love.

C’est quoi un conte écolo-initiatique ?

Là tu me parles de la deuxième nouvelle qui s’intitule “Le Présent de la Lune”. Il fallait que je trouve un angle original pour participer à un concours de nouvelles dont le thème était les météorites. Je me suis beaucoup documentée sur les histoires vraies concernant ce phénomène et je suis tombée sur cette histoire d’indiens native d’Amérique du Nord qui pensaient que la lune leur avait déclaré la guerre. Et j’ai été très touchée par leur manière de replacer l’homme dans la nature et non pas comme nous autres occidentaux qui pensons ne pas en faire partie et pouvoir la ravager sans vergogne.

Une histoire de vampires ? Sérieusement ? !

Mais oui bien sûr une histoire de vampires ! J’ai voulu parler d’un sujet très grave vu par les yeux d’un enfant de cinq ans. C’est pour ça que je dis de ma troisième nouvelle : “A l’école des vampires” est un conte pour enfants intelligents, pour les inciter à réfléchir sur l’Histoire. J’ai travaillé un temps au Camp des Milles qui est un mémorial où des milliers de juifs ont été emprisonnés et envoyés dans les camps d’extermination. Dans ce mémorial, il y a une exposition permanente des époux Klarsfeld qui montre des enfants. C’est en arpentant ces espaces chaque jour que j’ai eu l’idée de ce conte.

Pourquoi Madame de Sévigné ?

C’est ma quatrième nouvelle qui est un polar qui se passe à la cour de Louis XIV. J’avais envie de mettre en scène un meurtre atroce commis à Versailles, en utilisant le langage du XVIIème siècle que j’adore, pour raconter les rebondissements, les fausses pistes, les us et coutumes au château et l’enquête ! Madame de Sévigné est un modèle pour moi, je voue une admiration sans bornes pour cette femme qui souffrait de l’éloignement d’avec sa fille et mettait tout son coeur pour lui relater les péripéties de la cour. Il faut dire qu’à l’époque où j’ai écrit cette nouvelle, ma propre fille habitait à 800 km de chez moi, je me suis identifiée !

Plutôt chien ou plutôt chat ?

Les deux mon capitaine ! Je n’imagine pas ma vie sans animaux, j’ai deux chats aux noms sortis tout droit de l’imagination débordante de ma fille : Poupounette et Bouboulito, et une chienne qui s’appelle Siam que nous avons sauvée à la SPA. D’ailleurs, on l’a eu en solde, à moitié prix, puisque c’était un sauvetage nous a-t-on dit au moment de l’adoption !

Quel est le livre qui t’a donné envie de lire ?

Sans conteste Le Petit Prince de St Exupéry. C’est un livre à tiroirs, on peut le lire à divers degrés. C’est un livre qui ouvre à l’imaginaire, et dont la lecture réveille toujours l’enfant qui est en moi. C’est le livre que je n’ai jamais réussi à lire à mes enfants parce qu’il me touche à un point tel que je mettais à pleurer à chaque fois que j’essayais de leur lire. Ils me regardaient avec des yeux ronds, l’air de dire mais pourquoi tu pleures maman, ça parle juste d’une rose, d’un petit garçon et d’un renard

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « La prison au cinéma ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. alice masson dit :

    MERCIIIII …. pour cette mise en lumière ! Ce fut un plaisir !

  2. Katia dit :

    Je vais de ce pas me procurer le livre d’ une des personnes que j’ai le plus au monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.