Fresnes, « prison algérienne »? (1954-1962) – Fanny Layani

La maison d’arrêt de Fresnes, point nodal du dispositif de répression en métropole, devient au cours du conflit, sous l’effet des politiques de regroupement de l’administration pénitentiaire comme de la systématisation des décisions d’incarcération prises par les tribunaux parisiens, une prison majoritairement algérienne. Elle permet donc de saisir avec précision les moments de bascule de la question carcérale au cours de la guerre, d’autant qu’elle donne lieu à la production d’une masse documentaire importante, largement conservée, contrairement aux autres prisons de métropole. Fresnes est ainsi le lieu où se joue, en grande partie, la question du statut des détenus et leur rapport au pouvoir, tant français qu’algérien. Au cœur des grandes grèves de la faim de l’été 1959, le groupe des détenus s’y structure de façon très solide autour des deux organisations politiques qui sont les leurs, le FLN et le MNA. Cet article pose enfin la question de la politisation des détenus, de leur éventuelle capacité d’action collective, et des conditions de possibilité de la poursuite d’une activité politique derrière les barreaux.

Fanny Layani Doctorante à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, Centre d’Histoire Sociale des Mondes contemporains.

Pour lire l’intégralité de l’article de Fanny Lavanie sur le site de https://journals.openedition.org/anneemaghreb/4771


Vous aimerez aussi...