Rock vs cocktails Molotov : la violence politique pendant les concerts dans l’Italie de la fin des années 1970 (Céline Pruvost)

« En Italie, les événements de 1968 perdurent pendant plus d’une décennie, à tel point que ce « mai rampant » débouche sur de nouveaux mouvements étudiants en 1977. Certains groupes d’extrême gauche élargissent le spectre de leurs actions, notamment en interrompant des concerts par la violence. Le 13 septembre 1977, le concert de Carlos Santana est ainsi arrêté par des jets de pierres et de cocktails Molotov. D’autres artistes sont interpelés sur scène, dans des formes plus ou moins violentes qui vont de l’invective au « procès politique ». Notre objet ne sera donc pas l’étude de la violence des propositions artistiques, mais celle du rock confronté à un contexte de violence politique : quand la violence d’une frange du public s’exprime envers les artistes, quel est l’impact sur les concerts et les œuvres ? Nous évoquerons d’abord la spécificité du contexte italien, pour ensuite exposer les violences qui ont touché les stars internationales du rock pendant leurs concerts en Italie. Nous en appréhenderons enfin les effets paradoxaux, pratiques puis esthétiques, même au delà du champ du rock (…)»

Lire la suite de l’article de Céline Pruvost dans le dossier Rock et violences en Europe de la revue Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.