195 – Portrait du jour : Emmanuel Holzbacher dit Emmanuel Varle, l’auteur du polar « No problemo »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 195ème  Portrait du jour – Criminocorpus  nous recevons avec infiniment de plaisir Emmanuel Holzbacher dit Emmanuel Varle – pseudonyme d’auteur – qui vient de publier No problemo aux editions Lajouanie.

Emmanuel Varle est né le 15 février 1960. Il a récemment quitté la police nationale, après trente ans de services, avec le grade de commandant. No problemo est son quatrième roman.

Ses précédents ouvrages, Le cirque s’invite au 36 , Rédemption fatale  et Dernier virage avant l’enfer , ont été publiés par Les Presses littéraires 

Bienvenue à vous Emmanuel Varle sur le blog des  « aficionados du crime ». Ph.P.

Pour lire un extrait sur le site de https://www.editionslajouanie.com/no-problemo-de-emmanuel-varle.html#extraits

Interview réalisé pour les lecteurs du Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …  :

Emmanuel Varle, parlez nous de votre parcours d’écrivain ?

J’ai publié mon premier ouvrage, un polar en juin 2013. Il s’appelait le Le cirque s’invite au 36, puis j’ai publié Rédemption fatale en juin 2014 et Dernier virage avant l’enfer en juin 2015. Ces trois ouvrages ont été publiés par les éditions Les Presses littéraires . Par la suite, j’ai publié No problemo aux éditions Lajouanie qui vient de sortir (sortie le 7 juin 2019).

Mes deux premiers ouvrages étaient des enquêtes policières traditionnelles menées par mon héros le jeune lieutenant de police Enzo Verdier qui travaillait dans un groupe de la célèbre Brigade criminelle du 36 quai des orfèvres. Mon troisième ouvrage écrit à la première personne du singulier était le récit de sa vie par un vieux truand condamné à finir ses jours derrière les barreaux après un hold-up sanglant au cours duquel il avait tué un gendarme. Pour ce récit j’ai utilisé mes connaissances du monde carcéral ainsi que celles du milieu du grand banditisme.

Enfin mon quatrième livre relate une agression à domicile d’un écrivain célèbre par deux petits voyous.

Parlez nous de votre dernier roman No problemo aux editions Lajouanie

Comme je vous l’ai dit, ce polar relate cette agression dans la belle demeure de l’écrivain. Cette agression et tout ce qui va se dérouler par la suite ne sera pas du tout conforme à ce qu’avaient prévu mes deux agresseurs. Ce livre se lit d’une traite. J’ai fait en sorte que le lecteur soit tenu en haleine de la première à la dernière page. Les premières réactions des lecteurs et des blogs de critiques ont été très positives et cela me fait grand plaisir.

Vous avez été policier durant plus de trente ans, parlez nous de votre carrière dans cette institution ?

Je suis resté 33 ans dans la police que j’ai quittée en 2015 avec le grade de commandant fonctionnel. J’ai vu beaucoup de choses durant ma carrière professionnelle. Cette expérience me sert évidemment pour l’écriture de mes récits même si mon imagination féconde joue également un grand rôle dans la construction de ces romans. Le métier de policier m’a appris à fréquenter des gens de milieux très divers et à aborder la rencontre avec eux sans aucun a priori. Concernant ma carrière, je l’ai fini en tant que chef du service des archives de la Direction du Renseignement de la Préfecture de Police. Dans ce cadre, j’ai pu avoir accès à de nombreux documents revêtant souvent un grand intérêt historique. Comme j’ai fait des études d’Histoire avant de rentrer dans la police, j’ai pu apprécier à leur réelle mesure ces documents.

Les faits divers vous passionnent ?

Quand j’étais tout jeune vers l’âge d six ou sept ans je lisais déjà les faits divers dans le journal France Soir qu’achetait mon père. Ma mère me faisait un peu la morale disant que ce n’était pas de mon âge. Par la suite, j’ai toujours eu une réelle passion pour ces faits divers qui sont les témoins du comportement d’’une frange marginale de notre population.

Les animaux tiennent une grande place dans vos polars ?

Là encore, je suis passionné par le monde animal depuis ma plus tendre enfance. Sur le plan professionnel, j’ai eu l’occasion de travailler sur le milieu des associations de défense animale avec qui j’avais de très bons contacts et j’ai, lu des centaines de livres sur les animaux donc je suis vraiment un passionné. Les animaux ont toujours eu et garderont une place importante dans mes récits. D’ailleurs, dans le roman policier que j’écris actuellement je situe une grande partie du roman dans un zoo.

Quels sont vos projets littéraires ?

Continuer à écrire à un rythme régulier car j’ai encore beaucoup d’idées de romans. De plus, je suis heureux non seulement quand un de mes ouvrages sort mais également dans le contact avec les lecteurs notamment lors des salons et des séances de dédicace.

Quels sont vos écrivains préférés ?

Sur le plan de la littérature classique je suis un fan absolu de Céline, Proust, Genet et Bukowski.

Dans la littérature policière, j’aime beaucoup parmi les auteurs français actuels Olivier Norek et Franck Thilliez.

Pour conclure, que peut-on vous souhaiter ?

De poursuivre mon chemin d’écrivain en augmentant le nombre de mes lecteurs et en essayant à chaque parution d’un ouvrage de présenter une œuvre originale.