De l’épectase à la luxure et réciproquement

“Un moine et une religieuse” Le religieux caresse la poitrine de la nonne 1591- Peinture de Cornelis Cornelisz van Haarlem (1562-1638)• Crédits : ©FineArtImages/Leemage – AFP

L’après-midi du 20 mai 1974, le cardinal Jean Daniélou trépasse. Mais que lui est-il arrivé ? “C’est dans l’épectase de l’apôtre qu’il est allé à la rencontre du Dieu vivant”, répondra l’Eglise.

“C’est une mort dont je ne suis pas certain qu’elle soit une belle mort. On meurt des modifications physiologiques qui accompagnent ce moment. C’est à dire que le cœur s’emballe, il s’accélère de façon assez radicales. le signal physiologie, c’est le plaisir extrême, c’est l’excitation qui grimpe, qui grimpe jusqu’au moment ultime et du coup, le cœur s’accélère, la tension artérielle augmente également, il y a une décharge d’adrénaline qui modifie radicalement la physiologie de l’homme et de la femme. C’est une vraie révolution. le corps se met dans un état quasiment second dans un moment qu’il doit supporter. (…)”

“Le dimanche 19 mai 1974, Valery Giscard-d’ Estaing est élu Président de la République Française. Au lieu de regarder tranquillement la télévision, son Éminence cabotine au Grand Pardon de Saint-Yves à Tréguier. Il fait en Bretagne une chaleur accablante, et Daniélou virevolte au soleil, toute la journée. Il rentre à Paris un peu fatigué, sans plus. Le lendemain lundi, Gilberte Santoni, née Weber et dite Mimi, vingt-quatre ans, appelle Police-Secours à 15h48 : Mgr Daniélou gît chez elle au 56 rue Delong, inanimé ou presque. Ce lundi après-midi, 20 mai 1974, l’archevêché a d’abord indiqué au monde chrétien que le Cardinal Jean Daniélou avait été terrassé en pleine rue par une crise cardiaque. Puis, un second communiqué affirmait qu’il était mort « chez des amis. » Plus tard encore, le révérend père Costes s’est fendu de cette fameuse déclaration : « C’est dans l’épectase de l’apôtre qu’il est allé à la rencontre du Dieu vivant. “…

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de France culture

 
“La soutane légère” : Mais alors, que faisait-il avec trois mille francs dans les poches ? Là encore, la parade de l’Église est laborieuse : l’argent du bon samaritain devait aider Gilberte S. (qui travaillait sous le nom de Mimi, ou Gaby, dans un bar louche de la rue de Douai) à payer un avocat pour son mari corse, en prison. Or comme le relate un savoureux livre d’enquêtes (*), le cardinal, qui lui assurait être libraire, fréquentait « Mimi » régulièrement. Parfois avec une « copine » habituée aux trottoirs de l’avenue Carnot, écrit le journaliste Jean-Marie Pontaut. D’autres sources policières affirment même in petto – sur la foi d’indicatrices l’ayant eu comme client – qu’il avait la soutane légère. Jusqu’à ce lundi caniculaire où sa quête de 7e ciel s’est brutalement arrêtée au 4e étage… Pour en savoir plus sur : 
 
 
Le Cardinal et l’Hindouiste. Le Mystère des frères Daniélou Broché – 15 septembre 1999