La bande à Bonnot : L’assaut final (14-15 mai 1912)

cov_bonnot

Il était six heures du soir le 14 mai 1912 lorsque je suis arrivé à Nogent […], à la maison de Garnier et Valet.
M. Guichard est déjà là avec un certain nombre d’inspecteurs ; plusieurs d’entre eux sont munis de boucliers.
Silencieusement et rapidement, ils s’avancent par l’allée, longeant des jardinets, vers la maison que cachent encore à notre vue d’autres villas.
Je suis à quelque distance ; la petite troupe s’arrête près d’une maison à l’abri de laquelle on peut apercevoir celle des bandits.
Tout à coup, j’entends la voix de Mr. Guichard ; quelques paroles brèves et tout à coup les coups de feu éclatent.
Sous la direction de leur Chef, les Inspecteurs entourent la maison, cernent tous les passages qui pourraient permettre aux malfaiteurs de s’enfuir.
Une femme, dès les premiers coups de revolver, a quitté le refuge des bandits, se rendant au Chef de la Sûreté ; c’est la maîtresse de Garnier.
Elle ne fait aucune difficulté pour avouer que ses complices ne sont autres que Garnier et Valet ; elle ajoute qu’ils sont armés de gros revolvers, qu’ils ont en grande quantité des munitions et des vivres et qu’ils ne se laisseront pas prendre vivants.
La maison où sont enfermés Garnier et Valet, est disposée de telle façon qu’elle se prête beaucoup mieux à la défense qu’à l’attaque […]


Lire sur Criminocorpus la suite de ce document

ainsi que l’article lié de Laurent López : La bande à Bonnot : l’assaut final à Nogent (14-15 mai 1912)


Vous aimerez aussi...