Le musée de la préfecture de Police de Paris par Guillaume Sinoquet

musc3a9e-de-la-c2a8prefecture-de-police-paris-pour-les-enfants-38

 

Créé en 1909 par le préfet Louis Lépine, le musée de la préfecture de police regroupe tout d’abord les objets et archives exposées  lors de l’Exposition Universelle de Paris en 1900.   Situé ensuite au sein des locaux de la préfecture de police, puis dans les étages d’un commissariat du 5eme arrondissement, le musée tend plus vers un cabinet de curiosités. En effet, une maigre scénographie et un manque d’information comme des cartels et des panneaux n’aide pas forcément le visiteur à comprendre les objets qu’il voit. Depuis le début de l’année 2014, la muséographie a été réétudiée et donne un renouveau à un musée en perte de vitesse. Retraçant l”histoire de la police de Louis XVI (avec en 1667 la création de la Lieutenance de Police) jusqu’en Mai 68. Le musée présente une visite chronologique avec différents thèmes.  Nous nous intéresserons aux thèmes liés a la criminologie de l’Ancien Régime au début du XXème siècle.

Arrêtons nous tout d’abord à la partie consacrée à l’Ancien Régime et au temps de la Révolution, en plus des différents costumes de police et différents édits présentés, le musée expose différents objets liés aux criminels et à la justice de cette époque. En premier lieu, le visiteur peut se pencher sur deux éléments liés à la sentence capitale : la peine de mort. En effet, une épée de justice et un véritable couperet de guillotine se présentent à nous. En plus de ceux-la des modèles réduits de guillotine permettent  au visiteur de comprendre le système d’exécution de l’époque mais d’avoir aussi une pensée réaliste de l’objet et ainsi se projeter à l’époque Révolutionnaire.

Musée de la police (Paris)

Couperet de Guillotine révolutionnaire

Couperet de Guillotine révolutionnaire

Pour cette période deux objets en lien avec les criminels du XVIIIème siècle sont des plus intéressants. Tout d’abord une réduction d’un objet de torture, “la vierge de Nuremberg” appelé aussi “baiser de la vierge”, cette boite ressemblant à un sarcophage en fer permettait de torturer. La victime était placée à l’intérieur. Lorsque qu’on refermait le couvercle, il était transpercé grâce à des pointes métalliques placées à l’intérieur.  Le deuxième objet et une bastringue, il s’agit d’une petite capsule ou les futurs prisonniers pouvaient plaçer à l’intérieur plusieurs petits outils afin de préparer une future évasion. Pour ne pas se le faire confisquer une fois arrivé en prison, la bastringue était placée par le criminel dans son anus.

Bastringue du XVIIIième siècle

Bastringue du XVIIIième siècle

Pour cette période de l’Ancien Régime et de la Révolution le rapport à la criminalité s’arrête ici. Il faut savoir que durant la Commune de Paris en 1871, un incendie d’origine communard a détruit plus de 60 pour cent des archives de la préfecture de police, dont 80 pour cent en ce qui concerne l’Ancien Régime.
En continuant dans les couloirs du musée, on peut retrouver les différentes menottes utilisées tout au long du XIXème siècle, ou encore des archives concernant des faux papiers, après un bref panneau sur l’incendie de 1871, une salle importante est consacré au père de l’anthropométrie judiciaire Alphonse Bertillon.

Alphonse Bertillon (1853-1914) créée dans les années 1880 l’anthropométrie via le laboratoire scientifique d’identification judiciaire. Appelé aussi “système Bertillon” ou “Bertillonnage”. La technique de Bertillon sera utilisée aux Etats-Unis et en Angleterre au tout début du XXème siècle et durera en France jusqu’en 1970.  Véritable révolution dans la criminologie, le Bertillonnage permet sur des critères d’identification précis  de confectionner des fiches anthropométriques précises et ainsi pouvoir arrêter des récidivistes  grâce à ces fiches.

Relevé anthropométrique du système Bertillon

Relevé anthropométrique du système Bertillon

Dans cette pièce réservée au Bertillonnage, le visiteur peut contempler les tableaux utilisés par Alphonse Bertillon, ainsi que ses objets de mesures ou encore un appareil photographique du XIXème siècle plus encombrant qu’un appareil photo numérique aujourd’hui.  Ainsi, tout type  d’élément du corps humain était étudié, les différentes couleurs d’iris, couleurs de cheveux, les mesures du crane, des coudes, des genoux, de la taille.

Appareil de mesure d'Alphonse Bertillon

Appareil de mesure d’Alphonse Bertillon

Après cette partie sur l’anthropométrie , l’avant dernière pièce permet au musée de faire un focus sur les grands criminels ou plutôt les affaires les plus médiatisées au XXème siècle. Notamment des affaires comme Landru (sont exposées les fiches anthropométriques du criminel ou encore des photos de son procès) ou le procès de Violette Nozières.  Retraçant une véritable histoire de la police parisienne mais aussi de la police nationale, le musée se recentre au fil de la visite sur la criminologie et l’anthropométrie qui a vu la France jouer un rôle important dans la criminologie mondiale. En ce qui concerne le musée en lui même il pourrait d’ici 2017 être délocalisé du siège de la préfecture de police pour se retrouver sur l’île de la cité.

 Guillaume Sinoquet

Source : http://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/Nous-connaitre/Services-et-missions/Service-de-la-memoire-et-des-affaires-culturelles/Le-musee-de-la-prefecture-de-police

Informations complémentaires :

Accès  : Musée de la Préfecture de Police
4, rue de la Montagne Sainte-Geneviève – 75005 Paris
3e étage

Métro : Maubert-Mutualité, ligne 10

Bus : 24, 47, 63, 86, 87

Horaires d’ouverture : lundi à vendredi de 9h30 à 17h00

Tarifs : L’accès au musée est gratuit.


Vous aimerez aussi...