196 – Portrait du jour : Amélie LOUIS, la romancière amoureuse de Toulouse et de Picasso, auteur de « CAPITULUM le maître silencieux »

Cliché photographique Thierry Vasseur / un grand photographe et ami d’Amélie désormais nivernais. Il a photographié pendant 11 ans des créatures divines pour les couvertures de SAS…

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Pour son 196ème  Portrait du jour – Criminocorpus  nous recevons avec infiniment de plaisir Amelie Louis qui vient de publier Capitulum le maitre silencieux aux Ella Editions

Amélie Louis : Originaire de Bourgogne, cette juriste de formation, née entre The Platters et Les Beatles, travaille dans la protection de l’enfance. Le reste du temps, elle cultive ses passions pour l’écriture et la découverte du monde. De carnets de voyage en périples nomades, il a fallu du temps et quelques belles rencontres pour que l’auteure sorte de sa réserve…

A notre prochaine rencontre Amélie. Cordialement. Ph.P.

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

“Elle est amoureuse de Toulouse et de Picasso, accro au chocolat noir, dingue de soleil et de vent, et croit dans l’humain au-delà de tout. Amélie LOUIS plonge le lecteur au cœur de la ville rose dans un roman à intrigue « CAPITULUM le maître silencieux ».

« CAPITULUM est une déclaration d’amour à Toulouse. J’aime les villes. Une ville, c’est comme un humain : un cœur, des poumons, des artères. Elle dit pourquoi il y a ici quelque chose plutôt que rien et vous parle de la longue chaîne des mortels qui l’ont façonnée. »

L’auteure, tantôt nivernaise, tantôt narbonnaise, vagabonde au rythme de ses envies et de sa passion pour l’écriture. Cette juriste de formation est née à Nevers (58) et a traversé la France en diagonale au rythme de ses missions pour des collectivités territoriales : services juridiques, logement social, éducation, protection de l’enfance.

Et Toulouse en 2005 : « La première fois que j’ai mis les pieds place du Capitole, ce fut immédiat et viscéral. Je me suis sentie m’enraciner. J’en suis repartie six ans plus tard, douloureuse.»

Une ville peut-elle être un personnage de roman ? C’est ce qu’Amélie Louis s’attache à montrer en offrant à Toulouse l’écrin d’une double intrigue : un secret de famille qui s’enracine dans l’histoire des capitouls ainsi qu’une enquête de police. Bientôt, les deux s’entremêlent dans un rythme palpitant qui vous fait traverser les lieux emblématiques de la ville.

L’écriture a toujours été présente mais secrète. Petite fille solitaire, elle n’avait pas de télé mais des livres qu’elle lisait et relisait. Enfant, elle jouait à inventer des histoires, adolescente, elle cherchera à imiter l’écriture de poètes (Baudelaire, Prévert) puis des auteurs (de Boris Vian à Barjavel), et surtout Françoise Sagan qui la statufie d’admiration. « J’écris pour essayer de savoir qui je suis » dit Amélie à l’instar de Le Clézio.

L’écriture n’était pas considérée comme une chose sérieuse par son entourage. Dans ce carcan social, le droit était le plus proche de ses aspirations, surtout le droit administratif qui s’appuie sur des procédures écrites et sur la jurisprudence, laquelle raconte des histoires. 

« L’écriture, cette inconduite, est restée dans l’ombre, manuscrits empilés puis jetés. C’est la rencontre d’un livre « Passage à l’ennemie » de Lydie Salvayre en 2003, qui a déclenché le désir de montrer ce que j’écrivais. »

Depuis, Amélie Louis a fait quelques belles rencontres et publié plusieurs romans. Désormais, elle ne se consacre plus qu’à l’écriture, mais aussi aux auteurs et aux éditeurs. Dans la Nièvre, elle est très impliquée dans l’organisation des journées Littér’Halles consacrées à la nouvelle et aux formes courtes. « Je suis admirative des auteurs de formes courtes : nouvelles, chroniques, portraits, mais aussi textes de chansons, comme la magnifique collaboration entre Philippe Djian et Stephan Eicher. »

Beaucoup de projets en cours avec ELLA éditions. A sortir dans l’été, « Libre ou rebelle », un roman hommage à Rachid Taha, le rockeur algérien décédé en septembre 2018. Côté écriture, Amélie est plongée en ce moment dans un roman historique, suite logique de « La cavalière viendra avec le soir » qui évoquait Marie de Bourgogne et le pouvoir politique au XVè siècle. Son prochain roman sera dédié à Anne de France, fille de Louis XI. Elle travaille également à des carnets d’aventure jeunesse.”

Publications :

Notre Jeune maison d’édition a été fondée en 2012 et compte maintenant une vingtaine d’écrivains.

Ella éditions s’appuie sur un comité de lecture indépendant et est ouverte à tous les ouvrages, dans tous les registres.

http://www.ella-editions.com/

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « La prison au cinéma ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS


Vous aimerez aussi...