La maison d’arrêt d’Yvetot, un patrimoine oublié ? par Bastien Venem

 

extérieur 5

Porte d’entrée de l’ancienne maison d’arrêt d’Yvetot
source : archives municipales de la ville d’Yvetot

Introduction

La Haute-Normandie comporte son lot de prisons et de maisons d’arrêt situées un peu partout sur son territoire, tel que Bonne Nouvelle à Rouen ou le centre pénitencier du Havre. Face à de si grand établissements, il serait aisé d’oublier les structures plus petites qui ont pourtant elles aussi marqué leur territoire.

Nous prendrons ici comme exemple la maison d’arrêt d’Yvetot. Son histoire débute en 1658 lorsque trois religieuses de l’ordre des bernardines obtinrent du seigneur local Charles du Bellay la fondation d’un couvent dont la construction s’acheva en 1685. Cependant, cet établissement connaîtra plusieurs problèmes puisque trois ans plus tard, en 1688, un incendie le ravagera. Malgré cela, la reconstruction commencera en 1690 pour finir en 1711. Après les événements de la Révolution, le couvent sera récupéré par la commune qui érigera à cet endroit un tribunal de 1ère instance, une gendarmerie et une prison.

Le bâtiment

Ainsi, la maison d’arrêt d’Yvetot pris place dans les anciens locaux du couvent et après quelques aménagements, elle accueillit une centaine de détenus. Le bâtiment profita d’un emplacement de 3285 m², dont 1165 m² de bâtis. À partir de 1860, la prison contiendra trois bâtiments parallèles séparant l’aile des hommes de celui des femmes comme montré sur ce plan :

SAMSUNG

Plan du premier étage du bâtiment.
source : archives municipales d’Yvetot

 Cette prison fera l’objet de plusieurs aménagements, dont une partie sont listés dans le répertoire numérique des archives nationales : en 1809, la prison fait l’objet de réparations et en 1820, une citerne y est construite.

La prison, comme le couvent, ne prendra pas énormément d’importance par rapport aux autres maisons d’arrêt de la région, et sera fermée une première fois en 1935. Elle sera ré-ouverte en 1940 pour être définitivement fermée le premier janvier 1955 par manque de détenus selon Le courrier cauchois. Les locaux seront laissées à l’abandon comme en témoigne ces photographies prises peu de temps avant sa destruction, qui témoignent de l’insalubrité des lieux :

 interieur 4

Couloir.

 interieur 1

Quelques casiers.

En 1998 , un rapport a été publié concernant une éventuelle récupération par la ville des locaux qui ne donnera pas suite faute de moyen. Cette même année, un autre projet visait à transformer la maison d’arrêt en clinique, ce qui n’aboutira pas non plus. Finalement, en 2001, un entrepreneur privé récupérera les lieux et entreprit la destruction de l’établissement, mais les travaux furent interrompus par la découverte de deux puits qui appartenaient à l’ancien couvent, qui entraînèrent des fouilles archéologiques, délaissant complètement la maison d’arrêt. Aujourd’hui à cet emplacement se trouve la résidence dite du prieuré située rue du Couvent. Le palais de justice a lui été conservé .

Le règlement intérieur

Ainsi, c’est tout un pan de l’histoire d’Yvetot qui a été récemment perdu et dont seul quelques pierres sont conservés par le service technique de la ville. Il n’y a actuellement aucun projet de revalorisation de cet endroit ni de collecte de mémoire, seul demeure quelques photographies et archives qui nous permettent d’appréhender la vie des détenus dans cette petite maison d’arrêt.

Pour mieux la comprendre, nous disposons d’une copie du règlement conservé à la médiathèque d’Yvetot.

SAMSUNG

Règlement intérieur de la maison d’arrêt d’Yvetot.
Source : Médiathèque d’Yvetot

Ce dernier, datant du 30 octobre 1841 encadre plusieurs aspects de la vie des prisonniers et des gardiens. Les articles 1 à 5 décrivent les responsabilités des gardiens et du gardien-chef qui procède à une fouille des visiteurs s’il en sent le besoin. Il doit rendre compte des objets saisis au maire dans les 24 heures. On notera une grande proximité entre le gardien-chef et le maire, le premier devant rendre compte de tout ce qui se déroule au sein de la prison au second. Dans les archives se trouvent une importante partie de la correspondance entre ces deux personnes rendant compte des derniers événements. L’une d’entre elles datant du 12 juillet 1872 évoque un incident durant lequel le gardien-chef a fait enfermé un détenu au cachot pour l’avoir insulté puis craché à la figure. Le gardien-chef se doit d’informer le maire de toutes actions disciplinaire dont il a recours pour maintenir le calme dans la prison.

Les articles 6 à 8 s’attachent à organiser le rythme de vie des prisonniers en mentionnant quand doit avoir lieu la messe, quand passe le barbier et le commissionnaire pour l’approvisionnement etc … Les articles 9 à 15 concerne la nourriture et donne très précisément quels quantités les prisonniers doivent recevoir de pain, de légumes et de viande selon les jours de la semaine. Il établit aussi le fait que les prisonniers peuvent recevoir de leur famille des rations supplémentaire sous la surveillance du gardien-chef et si cela n’encourage pas le trafic entre les détenus. Pour finir, les articles 16 à 27 s’attachent à divers aspects de la vie du prisonnier, comme par exemple le renouvellement de la paille pour le couchage qui se fait tout les trois mois, les heures et jours de visite, leur rythme de vie avec les heures pour se lever et se coucher variant selon les saisons, l’entretien par les détenus du bâtiment etc …

Les détenus

Ce règlement permet d’avoir une idée de ce qu’était la vie dans cette maison d’arrêt, elle ne présente cependant pas quel type de prisonniers qui y étaient enfermés. Cependant, nous possédons grâce aux archives et à la presse quelques éléments. Nous pouvons par exemple parler des mineurs avec l’exemple en 1854 d’un adolescent de 15 ans enfermé à la maison d’arrêt d’Yvetot jusqu’à l’âge de ces 18 ans. Nous connaissons son cas grâce à une lettre du sous-préfet datant du 29 mai 1854 qui souhaite obtenir des renseignements à son sujet étend donné qu’il n’avait aucun parents. Ce dernier demande au maire de faire exécuter par le gardien-chef un interrogatoire pour connaître son caractère, ses mœurs et sa conduite, s’il a fréquenté une école primaire et s’il est lettré, quel est sa religion et est-il baptisé, s’il connaît un métier ou si il a été apprenti, quel était le statut social de sa famille, quel en est sa moralité en vu de le rapprocher d’elle ou non et finalement quel métier pourrait-il apprendre. Cette lettre peut témoigner de deux choses : soi le cas de cet enfant était exceptionnel pour la prison auquel cas le sous-préfet s’enquit de son avenir, soi il s’agit là d’une procédure « standard » pour une prison qui accueille régulièrement des enfants, nous manquons de sources pour trouver la réponse.

La presse relate également le fait que la prison d’Yvetot a accueilli des détenus militaire, des condamnés pour dette ainsi que des détenus en attente de transfert pour la prison du Havre.

Pour terminer, nous pouvons évoquer le fait que les détenus ne profitaient pas d’une cellule individuelle mais plutôt de grandes cellules communes accueillant de 3 à 10 personnes. La prison possédait également quelques cachots où les prisonniers les plus turbulents étaient enfermés « à l’eau et au pain sec ».

Conclusion

C’est donc peu de choses qu’il nous reste de cette maison d’arrêt d’Yvetot. D’un point de vue patrimonial, seul reste quelques évocations dans des livres sur la ville, des articles de presse et des archives réglementaires et épistolaires. On peut noter le fait qu’une partie des archives de la prison, soi prêt de 3 km de rayonnage, ont été récupérée par le ministère de la justice pour être stockée aux archives nationale. Malgré tout, ce qui reste de mémoire de cette prison permet de mieux comprendre le fonctionnement des petits établissements comme celui-ci en province. Un projet de valorisation pourrait être mis en place pour faire connaître cette partie de l’Histoire de la ville d’Yvetot à ces habitants à partir des archives, d’éventuels témoignages et tout autre source.

On peut noter qu’un projet visant à placer les anciennes pierres de la porte à l’entrée de la ville avait fait l’objet d’une revendication par des habitants du quartier, mais ce dernier ne vit pas le jour. Un mémoire plus détaillé concernant cet établissement a été réalisé à l’université de Rouen soutenu en 1998 mais n’est pas à ce jour disponible sur internet. On peut également trouver des informations aux archives départementales de Rouen dans la série Y.

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

yvetot 5

Photographie de J-C Vimont

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photographie de J-C Vimont

Photographie de J-C Vimont

Photographie de j-C Vimont

Photographie de j-C Vimont

Bibliographie

Les photographies insérées dans le texte proviennent soit des archives municipale de la ville d’Yvetot, soit de la médiathèque Guy de Maupassant d’Yvetot.

P.L. Lejeune, Rues d’Yvetot, 1884

Delamare Jacques, Yvetot, Le temps retrouvé, éditions Équinoxe, 1987

Lapert Louis, Á travers les rues d’Yvetot, Le Courrier cauchois, 1978-1980

Liens internet :

Site des archives nationales contenant la mentions des divers aménagements ancien :

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/F16-677-1157.pdf

Blog de Philippe Poisson contenant des images autre que celles présentés dans cet article :

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-29318334.html

Liste des délinquants emprisonnés à Yvetot en l’an IV :

http://www.geneacaux.org/Doc/Serie%20L_piece2.htm

Sur la série L des archives départementales de Seine-Maritime :

http://www.archivesdepartementales76.net/rechercher/cadre-de-classement/serie-l-administrations-et-tribunaux-de-lepoque-revolutionnaire-1790-1800/

Remerciement au personnel de la médiathèque et du service d’archives de la ville d’Yvetot.


Vous aimerez aussi...