La prison du Pied-du-courant de Montréal par Estelle Boulanger

Façade de la prison de nos jours

           Façade de la prison du Pied-du-Courant de nos jours

Dans la ville de Montréal se situe la prison du Pied-du-Courant, construite au début des années 1830 et classée Monument Historique en 1978. Cette prison va être en état de service pendant presque un siècle avant de fermer pour son usage initial et de trouver de nouvelles vocations.

La création de la prison de Montréal.

La prison est construite entre 1831 et 1840 dans une avenue appelée actuellement l’avenue de Lorimier. Elle constitue l’un des plus anciens bâtiments d’architecture néo-classique que l’on peut voir à Montréal.

Les premiers prisonniers arriveront bien avant la fin des travaux de construction du bâtiment. Parmi eux, on trouve les Patriotes de 1837 et de 1838 qui sont assurément les plus célèbres. Les rébellions auxquelles ils participèrent résultaient du conflit militaire dans la colonie britannique du Bas-Canada (aujourd’hui le Québec) ainsi que dans le haut-Canada. Les deux soulèvements ont été provoqués par le refus des autorités britanniques coloniales d’accorder les réformes politiques réclamées par les Assemblées législatives. Dans le Bas-Canada, qui nous intéresse ici, ce conflit a été gonflé par la tension permanente entre la majorité canadienne-française et la minorité coloniale britannique. A partir de ces dates le bâtiment sera souvent nommé « La-Prison-des-Patriotes » et on tend encore de nos jours à la nommer ainsi.

vue de la prion_1839_de j duncan

Vue de la prison du Pied-du-Courant en 1839 par J. Duncan

A la suite d’un projet de construction d’une nouvelle prison, celle de Bordeaux est créée, et en 1912 les prisonniers de la prison du Pied-du-Courant y sont tous transférés. Ainsi, on arrive à la fermeture de notre prison pour sa mission initiale.

Son architecture si particulière est l’une des principales raisons du classement de la prison au titre des Monuments Historiques en 1978. Nous allons tout de suite l’étudier.

La particularité de son architecture.

L’édifice est construit autour d’un bloc central d’où partent trois ailes pour former une sorte de T renversé. Le corps central compte trois étages alors que les deux ailes n’en comptent que deux. Les cellules sont réparties de façon symétrique sur chaque étage et selon la nature du crime. Au sous-sol on trouve des cellules assez spacieuses destinées aux condamnés. Les cellules du rez-de-chaussée sont plus étroites et sont occupées par ceux dont les peines sont plus légères. Au premier, dans des cellules de même dimension, logent les prévenus. Puis, au deuxième on trouve, dans des cellules plus confortables, les mauvais créanciers. Enfin, au dernier étage du bâtiment central se situent la chapelle et les dortoirs des prisonniers affectés à l’entretien de la prison. Donc, plus on monte dans les étages et plus on trouve des prisonniers avec de petites peines.

Plan du 3e étage_1838_du notaire andré jobin

Plan du 3e étage du bâtiment en 1838, par le notaire André Jobin

Lors de sa construction, la prison incarnait un renouveau de la tradition carcérale suivant le courant de pensées des philosophes des Lumières. En effet, entre 1815 et 1836, on est dans une période que l’on pourrait nommer le « temps des philanthropes ». Pendant celle-ci, on cherche à améliorer le sort des prisonniers en voulant notamment plus d’air, plus d’hygiène et moins de chaînes, moins de chambres obscures. Il y a une forte volonté réformatrice. Les prisons des philanthropes sont intéressantes car elles marquent le 1er moment d’une réforme des prisons.

Vers 1852-1853, l’aile Est de la prison est élargie pour laisser place à un bloc cellulaire en adéquation avec les nouvelles problématiques carcérales. Puis, 20 ans après, pour permettre la création de la rue Notre-Dame, le portail et le mur d’enceinte sont détruits et reconstruits plus près du bâtiment. En 1894-1895, le gouverneur de la prison se fait construire une demeure dont la façade donne sur le croisement des rues Notre-Dame et Lorimier.

Maison_Gouverneur_Pied-du-Courant

Maison du Gouverneur dans la prison

Le lieu de nombreuses exécutions.

Le passage des Patriotes entre les murs de la prison marquera profondément le bâtiment pour plusieurs raisons. L’une d’elle, nous l’avons vu plus haut, est le changement de nom de la prison elle-même (même non-officiel). Une autre raison est que, parmi les Patriotes jugés «coupables de haute-trahison », 12 ont été exécutés par pendaison dans la cour de la prison.

Pendaison de 5 patriotes sur l'échaffaud installé au-dessus du portail de la prison en 1839_d'après dessin henri julien

Pendaison de 5 Patriotes sur l’échafaud installé au-dessus du portail de la prison en 1839, d’après un dessin d’Henri Julien

Les archives de la prison nous donnent une liste des exécutions ayant eu lieu au sein de la prison. On retrouve la liste suivante :

21 décembre 1838 : Joseph-Narcisse Cardinal – avocat et député ; Joseph Duquette – notaire ;

 18 janvier 1839 : Pierre-Théophile Decoigne – hôtelier et notaire ; François-Xavier Hamelin – cultivateur ; Joseph-Jacques Robert – cultivateur ; Ambroise Sanguinet – cultivateur ; Charles Sanguinet – cultivateur ;

 15 février 1839 : Amable Daunais – cultivateur ; François-Marie-Thomas Chevalier de Lorimier – notaire ; Charles Hindelang – marchand et officier militaire ; Pierre-Rémi Narbonne – peintre et huissier ; François Nicolas – instituteur ;

9 décembre 1881: Hugh Hayvren ;

16 avril 1883: Timothy Milloy ;

13 décembre 1901: J. E Laplaine ;

 13 juin 1902: Thorval Hansen ou Hancon ;

19 novembre 1909: John Dillon, aussi connu sous le nom de J. Smith

10 novembre 1910: Timothy Candy ;

26 mai 1911: F. Grivora ou Grevola.

On peut donc voir les noms et professions des 12 Patriotes exécutés à la fin de l’année 1838 et au début de l’année suivante.

La valorisation de la prison.

La Société des Alcools du Québec.

En 1921, le siège de la nouvelle Commission des liqueurs s’installe dans l’ancienne prison. Le bâtiment subit alors de nombreuses modifications. Les murs des cellules et des planchers sont détruits, des caves à vin et des entrepôts sont construits, en somme on transforme les lieux pour avoir un bâtiment plus industriel. De nos jours, l’ancienne prison abrite toujours le siège de la société, devenue la Société des Alcools du Québec. Celle-ci gère la vente des vins du Québec comme le laisse entendre son nom.

Le Centre d’exposition La-Prison-des-Patriotes.

La Société des Alcools du Québec décide d’ouvrir un centre d’exposition sur les Rébellions de 1837 et de 1838. Cette décision a été prise à la suite des souhaits exprimés par des organismes œuvrant dans les domaines de l’Histoire et du Patrimoine. Des travaux d’aménagement ont eu lieu encore une fois, en 2002 et 2003 cette fois-ci, puis le centre d’exposition a ouvert ces portes au début du mois de juin 2003. En 2013, soit 10 ans après l’ouverture, on ne comptait pas moins de 20 000 visiteurs au centre d’exposition.

centre-d-exposition-la-prison-des-patriotes_1

Centre d’exposition de la prison

Les missions du centre sont de faire connaitre les événements des rébellions de 1837 et 1838, de souligner le côté historique de la prison, et de mettre en avant le fait que des prisonniers politiques issus des rébellions y ont été enfermés ou pendus. On trouve au centre d’exposition La-Prison-des-Patriotes une exposition permanente située au sous-sol de l’édifice. Celle-ci est complétée par une exposition temporaire de plusieurs mois chaque année. De plus, le centre propose des activités culturelles et éducatives pour tous. Ainsi, on peut visiter l’extérieur et l’intérieur de la prison avec un guide ou en autonomie, afin d’explorer d’avantage l’architecture des lieux et les conditions de la vie carcérale des patriotes.

Bibliographie.

– Bien Culturel de la Région de Montréal : Université du Québec à Montréal, Prison du Pied-du-Courant, Livre Groupe, 130 pages, juillet 2010.

– Les Patriotes de 1837-1838, L. O. David, édition BiblioBazaar, 328 pages, décembre 2009.

A voir également: les différents guides touristiques concernant Montréal.

Webographie.

– http://jeanprovencher.com/2014/11/07/etre-prisonnier-a-la-prison-du-pied-du-courant-a-montreal/ (reportage d’un journaliste de La Patrie daté du 27 novembre 1882) ;

– http://www.mndp.qc.ca/prison/historique.html (site officiel de l’histoire de la prison du Pied-du-Courant) ;

– http://www.tourisme-montreal.org/Quoi-Faire/Attractions-touristiques/centre-d-exposition-la-prison-des-patriotes (pour les informations sur le centre d’exposition) ;

– http://fr.wikipedia.org/wiki/Prison_du_Pied-du-Courant (source iconographique).