“L’Oca nera” (l’oie noire) de Gérard Cartier – (Mireille Provence « l’espionne du Vercors »)

 
Ancien ingénieur ayant travaillé sur le chantier du Lyon-Turin, Gérard Cartier vient de publier un nouveau roman, l’Oca nera (l’oie noire). Dans ce livre divisé en 63 chapitres, soit le nombre de cases d’un jeu de l’oie dont il s’inspire, l’auteur jongle avec le temps en voyageant entre le Vercors et Turin. Le narrateur se meut à l’intérieur de son texte tel un pion du jeu, déplacé et balloté au gré des coups du sort. Parmi les personnages rencontrés figure Mireille Provence « l’espionne du Vercors », tristement célèbre pour avoir envoyé à la mort une quarantaine de maquisards en 1944. Gérard Cartier nous raconte cet épisode méconnu de la tragédie du Vercors.
 
Gérard Cartier est né en 1949 à Grenoble. Vit en région parisienne et à Chambéry. A longtemps été ingénieur sur de grands projets, dont le tunnel sous la Manche (chef de projet du terminal français) et la liaison internationale Lyon-Turin (directeur des études et projets).

Poète (prix Tristan-Tzara et Max-Jacob), critique, auteur de récits.

Une douzaine de livres de poésie inspirés par les troubles du siècle (IIe guerre mondiale, résistance en Vercors, guerre d’Algérie, Palestine, etc.) ou bien prenant la forme d’une autobiographie « fantasmatique, qui ne coïncide pas avec sa propre existence mais en est comme l’image mythique » (Y. di Manno). Tristran est librement inspiré de la légende de Tristan et Yseut.

Un recueil de récits écrits en compagnie de ses écrivains d’élection, en hommage « aux saints Lagarde et Michard » (Cabinet de société).

Traducteur de Seamus Heaney.
 
Maître d’œuvre, avec Francis Combes, de l’affichage de poèmes dans le métro parisien (1993-2007).

Coordonnateur de la revue électronique de littérature Secousse.

Site personnel : Au Monomotapa (http://perso.numericable.fr/gerard-cartier)
 
Dans ce texte divisé en soixante-trois chapitres, soit le nombre de cases d’un jeu de l’oie dont il s’inspire, l’auteur jongle avec le temps en voyageant entre le Vercors et Turin.

Dans un double cheminement littéraire et historique, la prose subtile et limpide sert une structure audacieuse. Un ensemble de récits enchâssés transporte dans le passé le protagoniste pour des (en)quêtes sur des personnages emblématiques : Mireille Provence, dite l’Espionne du Vercors, dont les exactions sont reconstituées par une investigation inédite ; un oncle maquisard mort dans la tragédie du Vercors en 1944 ; également, la cavale d’un mystérieux collaborateur et de son épouse à travers l’Italie de l’après-guerre.

Quant au présent, il se situe dans le Val de Suse où doit être percé un tunnel de la ligne LGV Lyon-Turin en butte à une opposition violente. Il est aussi constitué des amours tourmentées du chroniqueur et de sa recherche obsessionnelle et passionnée de l’oie noire d’un jeu, véritable mystère et figure centrale du roman dans une subtile mise en abyme. Le goût de l’intrigue conduit à des incursions dans le monde de la cryptographie.

Le narrateur se meut à l’intérieur de son texte tel un pion du jeu, déplacé et balloté au gré des coups du sort. Cet aspect hasardeux, complètement maîtrisé, est à mettre au crédit de l’intérêt sans cesse renouvelé d’un ouvrage qui progresse par sauts et gambades.
 

Collection(s) : Roman

Paru le 17/01/2019 | Broché 516 pages