Muséification de la Terreur – Musée de la Maison de la Terreur à Budapest par Nina Sehim Foulon

La Maison de la Terreur : Terror Haza

Facade du musée de la terreur à Budapest

Facade du musée de la terreur à Budapest

La maison de la Terreur se situe dans la ville de Budapest, 60 avenue Andrassy, en Hongrie.

C’est l’exemple d’une réalisation muséographique qui tend à mettre en scène la mémoire du combat de tout un peuple. Mais vouloir retourner dans une vision de crainte et d’horreur, presque cinquante années après les faits, montre t-il vraiment une volonté collective de se souvenir, ou répond-il à des fins strictement privées?  Nous verrons avec le Musée de la Maison de la Terreur les limites de cette muséification d’un passé bouleversant.

Introduction à l’histoire de la Hongrie.

La Hongrie a perdu la Première Guerre Mondiale. Le pays, qui faisait auparavant partie de la Monarchie Austro-Hongroise et qui était ainsi plus grand que l’Italie ou l’Angleterre, perdit les deux tiers de ses terres, sur décision des pays vainqueurs lors du traité de paix de Trianon. A partir de ce moment là, plus de trois millions de hongrois vécurent sous la direction d’autres pays. La Hongrie après la guerre mondiale et la révolution, et plus tard à cause du putsh bolchévik, se trouva dans une situation économiquement difficile. Elle devint politiquement isolée, militairement désarmée et entourée par ses voisins ennemis. La Hongrie devint donc le plus petit et faible pays d’Europe Centrale. L’objectif le plus important durant les années qui suivirent fut la reconquête de ses terres, par la recherche d’une solution pacifique. L’Etat (le peuple) voulait retrouver le prestige de la Hongrie historique. A partir du milieu des années 1930, la Hongrie fut prise entre deux feux: l’un représenté par l’Allemagne nazie de plus en plus agressive et l’autre représenté par l’Union Soviétique, qui se renforça rapidement. D’abord s’alliant à l’une puis luttant contre l’autre, les deux puissances totalitaires voulaient réaliser un nouvel ordre européen dans lequel la Hongrie indépendante n’avait plus de place. Après l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale, la Hongrie fit des efforts pour éviter le pire: l’occupation nazie du pays. L’armée rouge vainquit les partis nazis hongrois et allemand en 1945. Le peuple ne supportant plus le régime communiste répressif, les Hongrois s’insurgèrent en 1956.

Budapest_Street1956

Rue Andrassy, Budapest 1956

Horthy,  régent du royaume de Hongrie de 1920 à 1944  et Hitler

Horthy, régent du royaume de Hongrie de 1920 à 1944 et Hitler

Soulevement anti-communiste. La population hongroise brûle des affiches représentant Staline.

Soulevement anti-communiste. La population hongroise brûle des affiches représentant Staline.

Histoire de la maison durant le XXème siècle

Sur le rivage de Pest, la désormais célèbre avenue Andrassy – aménagée en 1870 pour qu’elle soit bordée de villas et d’immeubles locatifs et publics imposants, en rapport avec le nouveau rang auquel aspirait la ville – connue pour ses bâtiments de style néo renaissance, voit se construire en 1880, par l’architecte hongrois Adolf Festy, un immeuble à trois étages. Idéalement placé, le bâtiment est loué, en 1937 par le parti Nazi hongrois comme endroit de réunion des hauts partisans. Le chef du parti du Mouvement hungariste-Parti National socialiste hongrois (Magyar Nemzeti Szocialista Part-Hungarista Mozgalom), Ferenc Szalasi, fut emprisonné en 1938 et fut libéré lors de l’armistice de Vienne le 30 Octobre 1940. puis revint à la tête du pays de 1944 à 1945 Pendant la guerre, de nombreux immeubles furent détruits. C’est pourquoi, lorsque, de 1945 à 1956, l’AVO et l’AVH (police politique communiste) siégèrent dans le bâtiment. Elles entreprirent de gros travaux de restructuration en créant notamment des cellules-caves en sous-sol de cet immeuble. L’ÁVH employa l’intimidation, les fausses accusations, l’emprisonnement et la torture pour éliminer toute opposition politique.Devant le nombre croissant des détenus, les caves des voisins leur furent rattachées à l’immeuble, à tel point qu’on créa un réseau de caves souterraines, sous les maisons de l’Avenue Andrassy, à plusieurs niveaux pour la torture des prisonniers lors de l’instruction des procès. La maison servira de centre de torture jusqu’en 1957. Cette même année, après un important soulèvement anti-communiste, l’AVH perd de son autorité et délaisse l’immeuble. Le bâtiment est alors rénové, réformé et abrite des bureaux d’entreprise d’État. Les caves rénovées elles aussi, perdirent leur vocation carcérale. En 1990, après la chute du communisme en Hongrie, l’immeuble est irrégulièrement occupé, par des bureaux de différentes sociétés.

Vestiges de l'ancien immeuble laissé sans mise en scène ni décoration

Vestiges de l’ancien immeuble laissé sans mise en scène ni décoration

En décembre de l’année 2000, la maison a été acheté par la « Fondation publique pour la recherche de l’Europe centrale et orientale Histoire et Société», sous la direction de la droite parlementaire alors au pouvoir.

Mise en scène des pièces de la maison :

Entièrement rénové, autant à l’extérieur qu’à l’intérieur par l’architecte F. Attila Kovàc (architecte du musée de l’holocauste, des nouveaux lofts dans Budapest, de Emlekpont Museum), la maison donne un avant goût alors que le visiteur est à dix mètres de là : Un extérieur marqué par son architecture imposante : Les abords du musée inspirent déjà la terreur.. « Le passé doit être avoué ». Sur le toit, une corniche noire ornée de deux symboles : mouvement fasciste des Croix-Fléchées ainsi que l’étoile des Communistes. Au niveau des visages des visiteurs, toujours à l’extérieur, des bougies et des photographies de portraits en noir et blanc des victimes dans cette maison.

Maison de la terreur

Le but du musée est ainsi affiché dès l’entrée : mettre un signe d’identité entre les deux dictatures. C’est sous ce signe fort d’équivalence que commence la visite.

Entrée du Musée

Entrée du Musée

Portraits des Hongrois morts pour sauver l'identité de leur pays

Portraits des victimes de l’AVH

De plus, à côté du bureau d’accueil dans l’entrée, est placée une vidéo sous titrée en anglais, d’un hongrois, victime des deux régimes successifs, ayant perdu des personnes de sa famille, pleurant ses morts. Le musée, voulant suivre la chronologie de l’histoire de ces régimes, est surtout destiné à dénoncer la « dictature communiste » : parmi les 38 salles d’exposition («salle des larmes», «salle du Goulag», «chambre des tortures », etc..), deux seulement concernent la période nazie et évoquent les persécutions antisémites.

Remise en état des pièces du sous sol à l’intérieur duquel des centaines voire des milliers des opposants politiques ont été torturés et emprisonnés.  : le visiteur peut également voir des cellules, une potence et d’autres instruments de torture.

Sous-sol - Pendu dans l'une des cellules caves remis en scène

Sous-sol – Pendu dans l’une des cellules caves remis en scène

Pièce réservée aux oscultations, entrainements, essais sur les prisonniers

Pièce réservée aux oscultations, entrainements, essais sur les prisonnie

Cellule Cave. Les objets utilisés sont des reproductions

Cellule Cave. Les objets utilisés sont des reproductions

L’exposition permanente commence par une rétrospective sur la double occupation, allemande puis soviétique, subie par la Hongrie à partir de mars 1944. Puis, au gré de la visite, les salles et thématiques se succèdent : fonds sonores macabres de corps de victimes juives jetés dans le Danube, collectivisation, extraits du procès d’Imre Nagy, objets personnels de l’archevêque Jozsef Mindszenty -symbole de la résistance face au pouvoir communiste, etc. La partie la plus contestée du musée étant la «galerie des coupables».  Scénographie efficace (documents, affiches de propagandes, uniformes, films, bandes sonores, témoignages, jeux d’ombres et de lumières, effets personnels des victimes, etc).

Pièce appelée "Propagande", sans explication autre qu'en Hong

Pièce appelée « Propagande », sans explication autre qu’en Hongrois

Voiture d'époque. Mise en scène des objets du quotiedien de l'époque.

Voiture d’époque. Mise en scène des objets du quotiedien de l’époque.

Affiches de propagande

Affiches de propagande

Tank blindé T-54,(apparu en 1946) servent encore dans dictatures du Tiers Monde.

Tank blindé T-54,(apparu en 1946)

Au mur, des photos d’anciens membres du parti nazi et de la police politique communiste. Certains sont morts, d’autres non. Parmi ces derniers, se trouveraient des acteurs inconnus et a priori innocents. Alors que quelques collaborateurs connus de la déportation de 1944 ou Matyas Rakosi, le Staline hongrois, n’y sont pas présentés. Les informations restent très partielles, la volonté et plus de juger que d’exposer d’après une réinterprétation complètement monolithique. la liste des accusations à l’encontre d’une Maison de la Terreur devenue « Maison de la controverse » est longue. Mais, sa plus grande erreur semble bien d’avoir assimilé les années 1945-1957 du régime communiste aux décennies suivantes. En somme, une provocation ouverte pour les anciens membres du Parti Communiste des années 1980, ayant encore des fonctions importantes dans la vie politique actuelle…

Finalement…

Le gouvernement en place voulu montrer l’ampleur de la cruauté à laquelle les Hongrois ont du faire face, afin de rappeler les sacrifices humains pour ensuite retrouver la paix. Ce musée rend hommage aux détenus, et à la force de sa population mais reste très controversé : mélangeant les affres des nazis et du communisme, aucune distinction n’est faite entre ces deux régimes. Mais cet amalgame n’a t’il pas été réfléchi d’avance ? Car mis en place par un Etat conservateur, le musée peut illustrer l’instrument politique qui se veut de juger et dénoncer, plus que d’exposer.. De plus, le musée de la Maison de la Terreur a été inauguré le 24 Mai 2002, par V. Orban premier ministre conservateur de l’époque, soit le lendemain de la journée commémorative des victimes du communisme. L’objectif du musée ne se veut pas de démontrer son histoire au monde, mais reste un emblême de mémoire nationale. D’ailleurs les traductions en langue étrangère sont rares. Seul un dossier d’une quarantaine de pages pour nous expliquer l’histoire de la Hongrie pendant ces deux régimes et celles de certains objets, les légendes sous les livres, tableaux ou affiches de l’époque ne restent compréhensibles que par la population hongroise.

Informations sur le musée de la maison de la terreur :

  • L’entrée avec réduction (citoyen de l’UE, de 6 à 26 ans, handicapés, personnes âgées) est de 3,20€ soit 1000 HUF
  • L’entrée sans réduction est de 6.50€ soit 2000HUF
  • Une visite virtuelle du lieu est possible via : http://www.terrorhaza.hu/
  • Un texte explicatif est délivré en plus de 15 langues à l’accueil, ainsi que des audio-guides, gratuitement.
  • Le musée est ouvert de dix heures à dix huit heures, sauf jours fériés.

Webographie : 

http://colinecelia.canalblog.com/archives/histoire/index.html

http://www.123musees.fr/Musee-de-la-Maison-de-la-Terreur-Terror-Haza

Bibliographie

Musée de la terreur – exposition permanente, texte explicatif, édité par TerrorHaza

La muséification du passé récent en Hongrie post-communiste : deux mises en spectacle de la mémoire, Mémoire par Anne-Marie Losonczy


Vous aimerez aussi...